Une chasuble papale au point Kanok – l’art Thaï au service de l’Eglise

10/11/2019

Le motif Thaï du Kanok est brodé sur tous les vêtements liturgiques que portera le Pape François lors de sa visite à Bangkok les 21 et 22 novembre prochains.

Les vêtements liturgiques (étoles, chasubles et mitres) que porteront le Pape et les prêtres qui l’accompagneront lors de sa visite les 21 et 22 novembre prochains en Thaïlande sont réalisés en soie Thaï et brodés du traditionnel motif Kanok. La soie provient de la célèbre maison Jim Thompson, implantée en Thaïlande depuis des décennies.
Douze couturiers travaillent depuis des semaines pour créer les 200 pièces nécessaires, souvent plus de 10 heures par jour.

Deux motifs ont été retenus pour décorer les chasubles, le vêtement porté au-dessus de l’aube lors de la messe.
La chasuble blanche et dorée sera portée par le Pape François pendant la Messe au Stade National le 21 novembre. Il aura la chasuble rouge pour la Messe des Jeunes à la Cathédrale de l’Assomption le lendemain.
« Le blanc et l’or représentent l’innocence et la joie. Nous avons choisi ces couleurs car la Messe au Stade tombe le jour de la Présentation de Marie », nous apprend le père Peter Chetha Chaiyadej, le coordinateur du service liturgique.

Le 22 novembre est la fête de Sainte Cécile. Cette jeune femme romaine du 3ème siècle a été martyrisée au nom de sa foi. Les prêtres portent le rouge ce jour-là pour célébrer la messe.

Les deux chasubles sont ornées du traditionnel motif thaï Kanok. « Ce motif est à la base de l’art Thaï. Nous l’avons redessiné et modernisé », commente Chetha. Ce motif triangulaire est enseigné au début de toute formation artistique (peinture, broderie, architecture, etc.). Il est particulièrement utilisé pour orner les palais des empereurs et les temples.

Cent-vingt évêques et prêtres catholiques revêtiront les chasubles blanches et or lors de la première messe et un groupe de 76 porteront les chasubles rouges lors de la seconde messe. Mais ces chasubles seront imprimées et non brodées, contrairement à celles du Pape. Selon Pornsawan Saengpradab, l’une des designers, la Mission Catholique Thaïlandaise n’a eu que deux mois pour préparer tous les vêtements, « mais c’est le plus grand honneur possible de ma carrière ! Je rêve de rencontrer un pape depuis que je suis toute petite. »

Soeur Sukanya Sukchai

Sœur Sukanya Sukchai est l’une des sœurs qui travaillent sur les vêtements. Même si ses journées sont un peu longues en ce moment (elle travaille du matin au soir) elle sourit en disant : « Je suis heureuse et fière de servir le Seigneur et l’Église de Thaïlande».

Texte original et photos de Tappanai Boonbandit sur le site Khaosod English. Traduction libre de Claire de Pourtalès, avec l’aimable autorisation de l’éditeur.

Partager