Nicole Renard – La broderie d’une vie

16/09/2020

Patiemment, humblement, Nicole Renard a brodé une « œuvre de prière ». Elle brode le Prologue de l’évangile selon Saint Jean. Elle pensait s’arrêter là, mais est encouragée à poursuivre. Tous les écrits de Saint Jean se retrouvent sous son aiguille : l’évangile, les épîtres, l’Apocalypse.

La broderie © Alexandre Lamoureux

Née en 1930 à Paris, Nicole apprend très jeune à coudre et à broder. Jeune femme, elle s’installe en Provence. Elle y rencontre les Bobin, restaurateurs en tapisseries anciennes. Elle participera même à la restauration de la Tenture de l’Apocalypse d’Angers.

En 1974, pour elle-même, elle commence un travail de titan : pendant 24 ans elle va broder 80 km de fil sur 140 m de lin, ajoutant une centaine d’illustrations à un texte comptant 113 000 lettres (en « calligraphie gothique simplifiée ». Oui, des chiffres qui donnent le vertige !

Tous les rouleaux © Yannick Le Boulicaut
Les Rameaux © Yannick Le Boulicaut

Saint Jean / D’après le Martyrologe de Bohème, 11ème siècle (diamètre – 18 cm)
Nicole Renard: « J’ai choisi ce modèle inhabituel pour essayer « la performance » de réussir le damas du fond. Les rinceaux sont brodés en or clair en point de bourdon. L’ensemble est complété par des points lancés verticaux en or un peu plus chaud. Ce travail en deux temps permet de représenter le même damas; j’ai réalisé moins finement le reste. »

Saint Jean © Yannick Le Boulicaut
La Multiplication des Pains © Yannick Le Boulicaut

Elle utilise le passé plat, le passé empiétant (à sa manière…), le point de bourdon. Le tout sans tambour ou métier à tisser, le lourd tissu posé sur les genoux.
« Je n’ai rien crée. Le texte est celui de la Bible de Jérusalem et les images sont inspirées d’icônes, de peintures, d’émaux ou de mosaïques », dit-elle devant l’œuvre terminée en 1998.

D’après le reliquaire de Limbourg-sur-la-Lahn, 960 / Emaux cloisonnés de la partie centrale du couvercle (18 x 5 cm)
Nicole Renard: « Plus ou moins de 316 petits cabochons cernés d’argent. Dix sept personnages. Les scapulaires des archanges ont exigé bien des heures… le reste aussi. »

 

 

La Samaritaine © Yannick Le Boulicaut
Relicaire de Limbourg © Yannick Le Boulicaut
Les Noces de Cana © Yannick Le Boulicaut

A sa retraite, au début des années 2000, Nicole s’installe en Vendée. La monumentale broderie est alors exposée plusieurs fois, puis donnée au Conseil Général de Vendée. Il est décidé qu’elle sera abritée dans la chapelle Saint-Sauveur-de-Rocheservière (restaurée entre 2010 et 2020 pour cette occasion). Une muséographie unique permet de circuler le long de la broderie, d’en admirer aussi près que possible chaque détail. Et de s’émerveiller !

Vous pourrez aussi voir un livre illustré sur la vie de Saint François d’Assise, une nappe sur les Mystères du Rosaire, et 15 petits tableaux.

La chapelle Saint-Sauveur © Alexandre Lamoureux
La chapelle Saint-Sauveur © Alexandre Lamoureux

Les chevaux de l’apocalypse / D’après la Tapisserie de l’Apocalypse d’ Angers (8 x 10cm)
Nicole Renard: « J’ai encore pris des libertés avec la superbe tapisserie d’Angers. J’ai osé « soulager » les chevaux de leurs accessoires de guerre et de mort, mais pour que le texte soit respecté, les armes sont dans la marge. Le cheval blanc et le cheval verdâtre sont brodés avec plusieurs tons de coton, le rouge et le noir en coton changeant. »

 

 

Les Chevaux de l’Apocalypse © Yannick Le Boulicaut

Si vous trouvez ici ou là un petit renard ne soyez pas surpris : c’est la signature de Nicole…

Je vous invite à découvrir virtuellement l’exposition des broderies.
Le livre retraçant cette incroyable aventure est disponible ici
Site
Compte Facebook

Le Renard de Nicole © Yannick Le Boulicaut
La Jérusalem nouvelle © Yannick Le Boulicaut
Le Christ © Yannick Le Boulicaut

Christ enseignant / D’après une icône du mont Athos (24 x 16 cm)
Nicole Renard: « Ce fut un évènement dans mon cœur: 350 heures dont 80 sur le livre. Je trouve son visage trop étroit, pas assez épanoui. Il ne devait pas illustrer forcément ce passage, ô combien tragique, du texte. D’ailleurs je l’ai brodé pour trouver le courage d’aborder les mots, comme je l’avais fait précédemment avec la Vierge au Signe. Tous ses vêtements en bleu- vert sont en coloris 924. »

Le contenu de ce site est accessible gratuitement et n’est pas modifié par de la publicité. Ce travail prend du temps et pour être sûre de pouvoir continuer à faire connaitre nos artistes et l’art de la broderie, j’ai besoin d’un peu d’aide. Si une fois à l’occasion vous pouvez faire un petit don, je vous en serai très reconnaissante ! Merci! Claire

Partager