Badges brodés de Chine

16/12/2019

En 1391 le premier empereur chinois Ming unifia un très ancien usage, celui des badges des fonctionnaires civiles et militaires. Les rangs étaient divisés en 9 catégories par type et chacune était représentée par un animal, les oiseaux réservés aux officiels civils.


Période Ming = 1368-1644
Période Qing ou Ching = 1644-1912, avec les sous-périodes Kangxi (1662-1722) et Qianlong (1736-1795)
 Badge tissé, 2ème rang civil (lion), période Ming 15ème siècle / MET-1988.154.2

Les fonctionnaires civils étaient des hommes qui avaient passé avec succès les très difficiles examens d’état. Les garçons commençaient leurs préparations très jeune (souvent dés 3 ans) et le premier examen était passé vers 18 ans. Il s’agissait avant tout de se souvenir par cœur d’un grand nombre de livres et de caractères. Aucune interprétation personnelle n’était possible. Cette éducation, basée sur le passé et non sur le présent, assurait d’avoir des fonctionnaires fidèles au régime.

 Badge brodé, 2ème rang civil (lion), période Ming 15ème siècle / MET-1988.154.1

Seuls 1% des candidats réussissaient. Mais ce succès leur assurait un premier rang ouvrant la voie vers les suivants et vers des postes de plus en plus avantageux.
Les grades militaires étaient moins honorés car les candidats ne devaient faire preuve « que » de talents physiques : escrime, tir à l’arc, équitation, etc.

Badge tissé (kesi), période Ming 16ème siècle / MET-36.65.31
Les phénix ne sont pas des oiseaux traditionnellement utilisés pour les badges, il est donc possible que ce badge ait été réalisé pour /par la femme d’un fonctionnaire ou d’un membre de la maison impériale. Les oiseaux sont représentés dans un paysage de nuages, vagues et flore extravagante: champignons de bon augure, camélia, prunier, pivoines.

Les fonctionnaires se reconnaissaient aux badges qu’ils arboraient sur le devant et le dos de leurs robes officielles. Le badge était un carré brodé ou tissé, d’environ 30 cm de côté. Si celui-ci devint un peu plus petit avec les années, la qualité de son exécution n’a fait que s’améliorer. Les badges tissés l’étaient selon la technique du Kesi où les fils de chaine ne courent pas d’un côté à l’autre mais sont montés en fonction des dessins (cette vidéo vous montrera mieux que des mots ce dont il s’agit. Pour les connaisseurs, le Kesi ressemble à la tapisserie de basse-lisse.)

Badge tissé (kesi), 1er rang (grue), période Qing-Kangxi / MET-30.75.830

L’honneur de porter un tel badge était si grand, que les femmes n’hésitaient pas à broder ou faire broder des badges similaires à ceux de leur mari, à quelques détails près (animal tourné vers la droite, soleil rouge à droite et non à gauche, etc.).

Badge tissé (kesi), 7ème rang (canard mandarin), période Qing, fin 17ème siècle/ MET-46.133.30
A la fin du 17ème siècle les normes iconographiques à utiliser pour les badges sont fixées. Les animaux regardent désormais vers un soleil or ou rouge, qui représente l’empereur.
Badge brodé, 1er rang (grue), période Qing, fin 17ème siècle/ MET-36.65.10

Quand le système impérial fut aboli par la République, beaucoup de badges militaires furent détruits par crainte de représailles. Mais le système des fonctionnaires civils continua et ces badges-là restèrent.

Il est plus fréquent de retrouver des badges des hauts rangs que des rangs inférieurs. Les morts étaient enterrés dans leurs habits d’apparat et les riches fonctionnaires en avaient plusieurs, leur famille conservant ainsi les précieux badges. Les fonctionnaires plus modestes étaient souvent enterrés avec leur badge.
D’autre part, les badges des premiers rangs pouvaient souvent être « appliqués » et non brodés ou tissés car soit son propriétaire n’avait pas les moyens de s’offrir ces techniques onéreuses, soit il évoluait d’un rang à l’autre trop rapidement pour que le badge ait pu être réalisé. Une fois les hauts rangs atteints, le fonctionnaire avait le temps de commander ces précieux badges à un atelier ou encore les femmes de sa famille, douées en broderie ou tapisserie, réalisaient ces pièces.

A l’époque Ming (1368-1644), les dessins n’étaient pas encore très fixés. On trouve souvent plusieurs animaux et les éléments décoratifs ne contiennent pas encore les 3 éléments de l’univers mais de larges fleurs comme la pivoine. Sous les Ching/Quing, les badges représentent l’univers (ciel, mer, terre). Un disque solaire (l’empereur) est aussi ajouté, souvent en rouge ou en or. Les symboles choisis se référaient à la chance et à la fortune. On ajoutait aussi parfois des éléments de la création : perles, coraux, plumes de paon, etc. L’utilisation de fil d’argent et d’or représentaient la fortune.

Badge brodé, 5ème rang (faisan argenté), période Qing-Quianlong/ MET-30.75.899
Le faisan est brodé de perles fines

A l’époque de la dynastie Ching / ou Qing (1644-1912), la robe officielle s’ouvrait en deux sur le devant – le badge unique a donc été divisé en deux badges plus petits, ou coupé en deux de part et d’autre de l’ouverture.

Badge brodé, 1er rang (grue), période Qing, fin du 19ème siècle/ MET-46.133.32a-b

Apprendre à reconnaitre les badges était assez difficile car les styles n’étaient pas les mêmes selon les époques ou les régions. On devait se fier à certains détails comme le nombre de plumes de la queue d’un oiseau, la forme de leur bec ou de leurs pattes, etc.

Les rangs des fonctionnaires civils – oiseaux

  • Premier rang : la grue/ reconnaissable à son aigrette rouge
  • Deuxième rang : le faisan doré/ reconnaissable aux deux plumes de sa queue
  • Troisième rang : le paon/ reconnaissable au dessin complexe de sa queue
  • Quatrième rang : l’oie/ reconnaissable aux petites marques noires comme des virgules
  • Cinquième rang : le faisan argenté/ reconnaissable aux 5 plumes de sa queue
  • Sixième rang : l’aigrette/ reconnaissable à la variété de couleurs de ses pattes
  • Septième rang : le canard mandarin / reconnaissable à sa queue bleue
  • Huitième rang : la caille / reconnaissable à sa forme ronde et à ses écailles
  • Neuvième rang : le Tchitrec de paradis / reconnaissable à ses deux longues plumes portant un seul cercle chacune
Badge brodé, 3ème rang (paon), période Qing, début du 19ème siècle/ MET-30.75.913

Les rangs des fonctionnaires militaires
• Premier rang : le qilin (animal mythologique regroupant les attributs de plusieurs animaux)
• Deuxième rang : le lion
• Troisième rang : le léopard
• Quatrième rang : le tigre
• Cinquième rang : l’ours
• Sixième rang : la panthère
• Septième et huitième rang : le rhinocéros
• Neuvième rang : l’hippocampe

Les techniques de broderies utilisées étaient le passé plat, le nœud de Pékin (plus plat et plus petit que le point de nœud), la broderie de perles (fines ou en verre). Les fils métalliques étaient couchés avec des fils de soie en suivant la méthode de l’Or nué (les fils de couleurs sont brodés pour former un dessin derrière lequel apparait l’or aux endroits stratégiques).
Le choix des couleurs créait l’illusion que les fils d’or avaient plusieurs nuances (l’or couché de rouge prend un aspect cuivré par exemple). Pour créer un effet chatoyant, on ajoutait de vraies plumes de paon – mais une mite minuscule s’attaquait parfois à ces ornements dont il ne reste souvent que les nervures…

Badge brodé, 3ème rang (paon), période Qing, 18ème siècle/ MET-46.133.50

Pour les robes d’été, au tissu plus léger, les artistes utilisaient le petit point ou point de canevas (demi-point de croix) ou un autre point traditionnel, le « chyo sha » (ou gaze piquée) qui correspond à notre Point de Hongrie, ou point florentin, ou encore point Bargello.

Badge brodé, 4ème rang (oie), période Qing, 18ème siècle/ MET-30.75.874

Une grande partie de ces badges a été sauvée par les expatriés occidentaux qui vivaient en Chine au 19ème siècle. Ceux-ci étaient dans l’admiration de ces pièces et se sont créé de belles collections. Les badges étaient légers, faciles à transporter, faciles à transférer sur des sacs ou des châles ou tout simplement à encadrer. Beaucoup d’entre eux se trouvent dans les collections nationales comme au Victoria and Albert Museum (faire vos recherches sous Rank Badge) ou au Metropolitan Museum of Arts de New York. Par contre, peu sont exposés car ils craignent la lumière. On peut toutefois prendre rendez-vous avec les conservateurs et admirer de près ces chefs-d’œuvre.

Badge tissé (kesi), 6ème rang (aigrette), période Qing, 18ème siècle/ MET-30.75.914
Badge brodé, 1er rang militaire (qilin), période Qing, 19ème siècle/ MET-46.133.2
Badge brodé, 3ème rang militaire (léopard), période Qing, 19ème siècle/ MET-46.133.54
Badge brodé, 4ème rang militaire (tigre), période Qing, 18ème siècle/ MET-36.65.11

Partager