La broderie pour sortir de la pauvreté

26/04/2019

Face aux difficultés de l’urbanisation, le commerce artisanal favorise le retour au village

Zhao Yunfei, Zhang Youze et Meng Mingwei

La forte urbanisation de la Chine a offert de nombreux débouchés professionnels aux jeunes travailleurs. Mais elle signifie aussi une perte de bras et de talents pour les zones rurales.

Après avoir travaillé dans la région de Shenzhen pendant des années, Pan Qin, 31 ans, a décidé de rentrer à la maison.

Pan s’est mise à l’artisanat à Laodong, mais elle a dû tout apprendre depuis le début.

Pendant les années d’urbanisation, seules les femmes âgées continuaient de broder. Mais l’augmentation de la demande pour les tissus brodés et les batiks a ramené plusieurs jeunes comme Pan dans leurs villages d’origine.


Pan Qin (à gauche) apprend les techniques du Batik/CGTN Photo

« Je suis revenue parce que je devais m’occuper de mes enfants et de mes parents. Ce travail me permet aussi d’apprendre quelque chose de ma propre culture. »

Pour beaucoup de gens d’ici, ces talents étaient inscrits dans leurs gênes. « Nous pratiquions la broderie depuis tout petits, cela faisait partie de notre culture Miao. Ce sont les Anciens qui nous enseignaient”, se souvient Wu Ruqun, une artiste brodeuse de Laodong.

Pan et Wu ont toutes les deux rejoint le groupe Gen-Silk, une compagnie qui organise des ateliers pour des artisans et organisent les commandes des clients.


Les motifs traditionnels sont combinés avec les nouvelles modes. / Photo CGTN

Yu Ying, fondatrice de Gen-Silk, déplore que “les jeunes ne soient plus intéressés par leur propre culture, à cause de la forte influence extérieure. J’espère que ce travail leur montrera la valeur de leur propre histoire. »

Pour Yu Ying, les jeunes doivent être respectés et le meilleur moyen d’obtenir ça, c’est de leur fournir des revenus suffisants. « Beaucoup de gens espéraient parcourir le monde et vivre de grandes aventures. Mais en revenant chez eux, ils s’aperçoivent que c’est ici qu’ils reçoivent le plus de respect », remarque Yu.

Les broderies sont vendues en ligne et dans un magasin, Vimemo, situé à Danzhai, à une demi-heure des ateliers.


Le magasin d’artisanat de Vimemo à Wanda Danzhai Town (Guizhou) / Photo CGTN

Le groupe Wanda a construit un centre commercial à Danzhai où se trouve 210 magasins spécialisés dans le tourisme. Il a permis à de nombreux foyers de sortir de la pauvreté. « Wanda Town attire un grand nombre de touristes étrangers chaque année, permettant aux jeunes de Danzhai de revenir chez eux et d’y trouver du travail et un avenir professionnel », rappelle Liu Mingsheng, porte-parole du groupe.

Les motifs combinent le style traditionnel et le goût du jour, et, comme le souligne Yu Ying: « Fusionner notre culture ne signifie pas perdre nos racines, mais montre simplement que nous nous sommes ouverts au monde.»

Source : CGTN https://news.cgtn.com/news/3d3d414f356b6a4e33457a6333566d54/index.html

Partager