La broderie de Cilaos

19/11/2019

Article rédigé avec la collaboration de Madame Myrella Baret, responsable de la Maison de la Broderie de Cilaos – Un immense merci! 

Le centre de l’île de la Réunion est composé de grands cirques qui ont longtemps été coupés du reste du pays. La route qui mène à Cilaos n’a été construite qu’en 1932. Avant cela, on ne pouvait rejoindre le village qu’à pieds par des sentiers raides et dangereux. Cet éloignement a permis le développement d’un style de broderie unique : la broderie de Cilaos.

Ile de la Réunion et ses 3 cirques – Motif Paille en queue ©Maison de la Broderie de Cilaos

Angèle Mac Auliffe nait en 1877 dans le cirque de Salazie. Son père, médecin, part s’installer dans le cirque voisin (Cilaos) en 1897. Sa fille le suit. Angèle a reçu une éducation soignée en particulier pour les travaux d’aiguille. Avec l’Encyclopédie des ouvrages de dames (1884) d’Hélène de Dillmont, elle a ainsi pu coudre et broder son trousseau.
A Cilaos elle ouvre un atelier de broderie pour les jeunes filles du lieu afin de leur permettre de gagner un peu mieux leur vie.

Angèle Mac Auliffe ©Maison de la Broderie de Cilaos
En action ©Maison de la Broderie de Cilaos

Angèle s’inspire de la broderie de Ténériffe. Celle-ci se pratique sur un métier, puis elle est cousue au tissu à décorer. Angèle décide de broder ses jours directement sur une toile de lin, un peu à la manière du Hardanger norvégien. Mais la broderie de Cilaos se démarque en sortant du strict schéma du fil de trame/fil de chaîne. La brodeuse peut ajouter (on dit « lancer ») des fils, ce qui lui permet de créer toutes sortes de motifs. La nature riche et variée de l’île offre une source magnifique d’inspiration.

Motif Fleurs d’Ananas ©Maison de la Broderie de Cilaos

Sur une toile de lin, on tire les fils qui permettent de matérialiser les contours du dessin. Puis on lance des fils qui se croisent dans cet espace. Le tout est fixé par un point de feston sur les bords. Le motif est toujours commencé au centre. Les fils utilisés sont avant tout le DMC 50 ou 100, selon la toile et le motif.

Service à thé ©Maison de la Broderie de Cilaos
Pochette – Motifs de fleur d’aubépine et d’escargot ©Maison de la Broderie de Cilaos
Capteurs de rêves ©Maison de la Broderie de Cilaos
Dessous de verre ©Maison de la Broderie de Cilaos

Il existe 48 motifs, tous venant du domaine végétal ou animal : le chrysanthème, le dahlia, le lys de St Joseph, la fleur de café, la grenadine, le paille en queue (emblème de l’île), etc.
Un seul de ces motifs, dans un carré de 5 cm représente une journée de travail pour une brodeuse confirmée.
Cette broderie sert principalement à décorer le linge de maison, mais peut aussi être choisie pour les vêtements et même des robes de baptême.

Pour sauvegarder ce savoir-faire, la ville de Cilaos a créé la Maison de la Broderie. Chaque jour, des brodeuses (dont deux Meilleur Ouvrier de France) y travaille pour montrer aux visiteurs leurs techniques et l’enseigner lors de journées de formation.

©Maison de la Broderie de Cilaos

Après la mort d’Angèle, à 31 ans, l’atelier est repris par les sœurs de St Joseph de Cluny. Parmi elles, sœur Anastasie, issue d’une famille de paysans locaux, se distingue par ses talents de brodeuse. Elle formera plus de 200 jeunes filles à cet art délicat. Elle aussi a reçu une médaille d’or au concours du Meilleur Ouvrier de France, dans la catégorie Jours brodés. Aujourd’hui il existe environ 30 brodeuses à Cilaos qui, comme Angèle, n’hésitent pas à innover et ajoutent de la couleur à cette fameuse broderie blanche.

Les Fleurs de la Réunion ©Maison de la Broderie de Cilaos

Partager