Des Premiers signes de broderie à l’art des Scythes

03/04/2019

(Traductions des articles de Tammie L. Dupuis, The Renaissance Tailor et de Valerie Renfro – The Scythians: Their art and Needlework)

Broderies préhistoriques
En 1964, les restes fossilisés d’un chasseur Cro-Magnon ont été retrouvés lors d’une fouille à Sungir, près de Vladimir en Russie. Ils datent de 30 000 avant JC. Ses vêtements de peaux, ses bottes et son bonnet sont tous abondamment décorés de lignes horizontales de perles d’ivoire. On retrouve ici la technique de la couchure, où le fil ne sert qu’à maintenir le décor.

La broderie de perles chinoise de Sibérie, datant entre 5 000 et 6 000 avant JC, inclue des points élaborés pour appliquer des coquillages percés selon un dessin décoratif sur des peaux animales.
Vers 3 500 avant JC se développe la broderie au fil chinoise (le fil devenant lui-même la décoration).

La broderie antique
Les broderies elles-mêmes ayant presque toutes disparues, c’est par les objets d’art (sculptures, peintures, vases) qu’on peut en avoir une petite idée. Des mosaïques byzantines de 500 avant JC, montrent des vêtements brodés au fil de soie, incluant des pierres précieuses et des perles. Des fouilles archéologiques à Ur ont mises à jour le haut niveau de la broderie au fil d’or pur ainsi qu’un linceul tissé de l’empereur Honorius (400 avant JC). A eux seuls, les fils d’or pesaient plus de 16 kg.

Le monde brodé des Scythes
Les Scythes vivaient dans les grandes plaines d’Asie Centrale et du sud de la Russie. Ils ont connu leur apogée entre le 8ème et le 1er siècle avant JC.

Un peuple doué pour les échanges
Les Scythes nomades, détenaient un grand pouvoir d’influence sur une vaste région. Ils assuraient aussi les échanges commerciaux. On retrouve des preuves d’échanges avec les Chinois, les Grecs, les Phéniciens, les Macédoniens, les Égyptiens et les Perses.

On a découvert dans leurs tombes des armes et des accessoires liés aux chevaux décorés à la mode assyrienne, des tissus Persans et des soies Chinoises. Des objets scythes ont aussi été retrouvés à travers un large périmètre allant jusqu’à la Hongrie. Plusieurs cultures de l’Europe de l’Est, de l’Asie Centrale et de Moyen Orient peuvent ainsi retracer l’origine de « leur art traditionnel » aux formes développées par les peuples Scythes.

Tissus brodés conservés dans le permafrost
Grace aux conditions uniques de leurs zones d’ensevelissement, beaucoup d’objets qui auraient dû avoir disparus ont été parfaitement préservés par le permafrost. Alors qu’il n’existe que de très rares exemples de broderies et de tissus chez leurs voisins, nous avons de nombreux exemples Scythes à étudier.

Les tissus disponibles les plus importants sont réalisés en feutre. De grandes tentures murales et des couvertures de cavaliers ornées d’appliqués en feutre ont été retrouvées en assez bon état. Ces pièces sont très colorées et réalisées avec une grande maitrise technique. Le feutre était teint, puis coupé et appliqué pour former des motifs complexes en utilisant le point de chainette et des fils de laine moulinés. Il existe d’autres exemples de vêtements bien préservés qui étaient très largement ornés de broderie et d’appliqués de feutres. Un fragment d’une tenture en appliqués de feutre au motif du Lotus Indien a aussi été découverte. Il est fait de cinq couleurs toutes appliquées avec des laines de couleurs différentes, au point de chainette. Ce motif aurait pu être apporté chez les Scythes via le commerce avec la Perse.

La pièce la plus extraordinaire est peut-être une couverture de cavalier, particulièrement colorée, trouvée dans le tumulus Kurgan I. Le tissu supporte des appliqués de feutre, des glands décoratifs en crins de chevaux, des appliqués de cuirs et une large gamme de points de broderie.

Le quilt le plus ancien conservé à ce jour
Un quilt a aussi été retrouvé dans une tombe Scythe, datant de 100 avant JC environ. Cette pièce est probablement le plus ancien quilt conservé à ce jour. Le motif inclus des spirales allant dans les deux sens, des dessins géométriques imbriqués, des arbres et de magnifiques animaux stylisés. Le point arrière est prédominant. Chaque détail est souligné par de minuscules points au fil mouliné. Le remplissage est réalisé avec de très fines lignes concentriques, différentes pour chaque animal du quilt. Selon les experts, la maitrise technique, les détails et l’exécution de ce quilt suggérèrent une longue tradition de broderie.

Partager