Formation de Juge des Arts de l’Aiguille – Article 1

14/07/2019

Natalie Dupuis (Canada) se lance dans une formation peu connue et j’ai trouvé intéressant de la suivre. Je vais donc proposer une petite série d’articles sur ce programme et sur l’évolution de Natalie. Mon premier article se focalise sur la formation générale, avec l’aide de Pat Goaley, responsable de cette formation à l’EGA.

La formation de Juge des Arts de l’aiguille par la Guilde des Brodeurs d’Amérique (EGA)


Le badge final attendant le nom de Natalie

Pourquoi des juges des Arts de l’aiguille ?
On appelle Arts de l’aiguille tous les arts qui utilisent une aiguille et du fil, sous une forme ou une autre.
Mais comment juger des œuvres textiles ? Quels sont les critères ? Quand le concours concerne un type de technique particulière, une technique traditionnelle/ethnique par exemple, utilisant un point, un motif, des nuances spécifiques : si l’artiste choisis de personnaliser ce travail par des couleurs différentes, est-ce que le juge doit estimer que son œuvre ne peut pas concourir?Une session à la EGA – Les juges examinent et notent les broderies soumises. Chaque décision doit être justifiée: aspect général, motifs, couleurs, finitions.

Le dessin et la coordination des couleurs reste au centre de toute évaluation. Encore faut-il que les juges restent au fait des dernières tendances, inventions, expérimentations. Entre le modèle montrant une grande capacité technique et fidèle à la tradition et un autre s’essayant à l’adaptation, voir à l’innovation, il n’est pas simple de choisir. Et comment s’assurer d’un jugement non biaisé si les juges et les artistes se connaissent ?
Les juges doivent pouvoir regarder tous les détails, du motif aux couleurs, du choix des techniques, à leur réalisation sans oublier la qualité des finitions ou de l’encadrement. Si l’artiste a eu la possibilité d’écrire au sujet de son travail, il faut que le juge puisse le lire avec ouverture et une réelle connaissance artistique
Souvent, dans des concours, les organisateurs demandent à des brodeurs ou artistes textiles reconnus d’être juges. Mais ce n’est pas parce qu’un brodeur a un excellent niveau d’exécution qu’il peut être un bon juge, ou qu’il maitrise les connaissances pour juger la coordination des couleurs, le choix des motifs par rapport à un thème, etc. Il lui faut aussi être capable de reconnaitre les choix de tel ou tel artiste pour répondre aux exigences du concours, sa maitrise des formes et de la fonction / ou le choix de ses points, techniques, motifs.
Le fait d’avoir suivi une formation complète dans ces domaines permet au moins un jugement basé sur des connaissances solides et justifiables.
L’EGA offre cette formation depuis le début des années 1980 sous forme de séminaires, de documents, de cours en ligne, de groupes de discussion. Il y a un examen et plusieurs tâches à accomplir pendant les 2 ans que dure la formation. Les futurs juges sont aussi formés aux dernières techniques en art textile. Les étudiants doivent créer leurs propres références pour juger les différentes techniques et expliquer les raisons de leurs choix. Ils sont aidés par nos groupes de discussions face aux choix difficiles ou délicats au niveau de l’éthique.

Un exemple : Le Garden Club d’Amérique a récemment demandé de l’aide à l’EGA. Des artistes textiles étaient jugés par un jury plus apte à juger des présentations florales que des travaux d’aiguille et les artistes se sentaient injustement compris. Normalement, tout juge de compétition artistique est sensé comprendre les théories des couleurs et des formes. Le problème concernait donc plutôt les connaissances techniques liées aux broderies. Ce genre de problème peut être résolu en ayant un juge formé par l’EGA au sein du jury, par exemple.
Il est parfois difficile de comprendre qu’une compétition faisant payer un droit d’entrée aux artistes ne se donne pas la peine d’avoir un jury adéquat, prétextant manquer de fonds.

Sur le site de la EGA – Inspirer la passion pour les arts de l’aiguille à travers la formation et la célébration de son héritage

Le programme de la EGA (A noter – Nous parlerons ici du programme pour Juge certifié, en 2 ans. Un programme de 5 ans pour Juge Expert Certifié existe aussi)

La première chose à faire est de soumettre un CV et une lettre de motivation à l’EGA. Le CV doit montrer non seulement vos connaissances dans les travaux d’aiguille mais aussi tout ce que vous avez acquis dans votre vie pouvant servir à mieux comprendre vos motivations, votre capacité à persévérer. Un comité jugera dans un premier temps s’il pense que vous êtes capable d’aller jusqu’au bout de votre formation (par exemple, en montrant que vous en avez suivi d’autres ou que vous êtes déjà allé au bout d’un projet d’envergure). Il regarde ensuite votre expérience du dessin, des couleurs, des arts en général, des arts de l’aiguille en particulier. Un conseiller est désigné pour vous accompagner pendant votre formation.

Une fois votre dossier reçu et vos frais payés, vous devez passer un examen sur la théorie des couleurs et du dessin. Vous êtes libres d’apporter tous les livres ou documents que vous souhaitez pour vous aider. Vous devez répondre à une vingtaine de questions et être capables de vous expliquer avec vos propres mots, voir avec de petits travaux artistiques.

Cours pendant le Séminaire National – San Francisco, mai 2019

Après cela, vous devrez compléter un certain nombre de travaux, de rapports, etc. Vous devez prendre l’initiative d’aller juger des concours, mettre en place votre théorie du « jugement », vos idées artistiques, mettre votre CV à jour, etc. A la fin de votre parcours, si vous êtes reçu, vous recevez votre badge et un certificat lors d’un banquet organisé pendant un séminaire national.

Exposition lors du Séminaire National, San Francisco, mai 2019

Il y a 24 juges à ce jour. Deux autres sont en formation, et une autre est en train de compléter sa formation de Juge expert certifié. Tous viennent des Etats-Unis et de Nouvelle Zélande. Natalie est la première canadienne.
Il existe d’autres associations qui offrent un programme de formation de juge, mais selon Pat Goaley, elles offrent une gamme de travaux d’aiguille beaucoup moins grande.

L’EGA organise un séminaire national par an. Chaque région organise également son séminaire annuel. Il est possible de suivre de nombreuses classes dans des techniques très variées lors de ces séminaires (4-5 jours). Une autre possibilité est de suivre les cours organisés à travers l’ESP (Extended Study Programs – Programme d’études continues). Il est toujours possible d’organiser des cours avec un prof si vous pouvez rassembler suffisamment d’élèves. Les cours en ligne peuvent être individuels ou collectifs et rien n’interdit de passer de l’un à l’autre.
Enfin, l’EGA a créé un groupe en ligne nommé Fiber Forum destiné à des brodeurs avancés cherchant à comprendre les nouvelles techniques, à essayer de nouvelles choses dans ce domaine. Chaque printemps, les personnes qui souhaitent faire partie du Fiber Forum, doivent soumettre leurs travaux au groupe. Vous pouvez y entrer si 2 juges et un artiste invité ont reconnu la valeur de vos œuvres. Vous pouvez aussi vous inscrire en tant qu’ami, en payant un droit d’entrée.


Galerie du Fiber Forum : Sun Shower / Wendy MacKinnon – The Bark / Ann Poulson (photo Nani Poulson)

Pour suivre votre formation, vous pouvez profiter de cette offre, et/ou suivre des cours ailleurs. En fait, l’EGA encourage ses futurs juges à être au courant de tout ce qui existe comme offre sur le marché. Ce « diplôme » demande une formation continue et un esprit ouvert aux nouveautés.

L’EGA: https://egausa.org/
Natalie Dupuis: https://dupuisnatalie.wixsite.com/mysite

Crédits photos – Pat Goaley, EGA
Modèle de Natalie disponible en français sur notre site: https://www.letempsdebroder.com/produit/bougies-dor/

Partager