Le langage secret de la Roumanie

28/03/2019

Traduction de l’article de Martine Claessens (Martine Claessens)

Sur les tissus roumains, rien n’est laissé au hasard : chaque point est un code et vous raconte l’histoire de son créateur.


Détail d’un manteau de laine brodé, Musée du Monde Paysan, Bucarest – Femme des Maramures – Motif de broderie de Bucovina. The Textile Blog

Les formes et décors des vêtements contemporains ont gardé une partie du langage des signes et symboles spécifiques à la pensée mystique des temps anciens. Les tissus sont décorés de symboles en lien avec la vertu de la foi. De ce fait, filer et tisser sont des activités sacrées. Les Anciens portaient des vêtements qui servaient au dialogue avec les forces cachées du cosmos.

Un langage codé et quotidien

La variété des motifs et des couleurs provient en partie du rôle joué par les vêtements pour indiquer des informations sur son propriétaire : sa place au sein de la communauté, son âge, son statut marital, son travail, sa fortune et son rang social. D’autre part, cette variété est aussi assurée par les différents vêtements : les habits élaborés sont portés lors des occasions spéciales comme les mariages, les cérémonies religieuses, etc. Certaines pièces du vêtement avaient même un pouvoir de protection ou pouvait apporter la chance et la fertilité (surtout aux nouveaux mariés).

Escaliers à Targu Mures – Femme en costume traditionnel te Oltenia Christine Brown – broderies Semne Cusute

La paysanne roumaine brodait ses vêtements avec son âme. Ses mains ne faisaient qu’obéir à son cœur. Elle priait Dieu ainsi : « Couvre de ton Esprit mes vêtements, le secret de mon âme ». Tous les symboles et les formes géométriques des blouses étaient dessinés pour générer et diriger l’énergie qu’ils représentaient. Les broderies du devant et des manches portaient cette énergie à travers tout le corps, jusqu’au bout des mains.

Blouse Roumaine – Début du XXème siècle The Met – Œuf de Pâque traditionnels, Pinterest – Veste brodée par Free People

Un riche symbolisme

Dare to Rug

La croix représente l’équilibre parfait : horizontalement elle permet aux Hommes de se connecter, et verticalement elle permet aux Hommes de se connecter à Dieu.
Les broderies des costumes traditionnels portés lors des jours sacrés suivaient un motif régional strict et permettaient un échange secret connu uniquement des gens de la région. Sibiu utilisait des motifs graphiques blancs et noirs, reflétant son héritage Saxon. Dans le Sud, l’influence de l’Empire Ottoman se faisait sentir dans le choix des couleurs : rouge, brun foncé, jaune mélangés aux fils d’or et d’argent.
En Moldavie, on faisait une grande utilisation du Bleu de Voronet, combiné à l’orange.

Robe du Musée du Paysan Roumain – Symboles, Peasant Art Craft – Dessin d’une robe Roumaine traditionnelle, Pinterest

L’Homme a toujours cherché à s’élever : il a ainsi imaginé des symboles agissant comme des portes spirituelles vers le Ciel. Il a aussi créé des symboles servant de protection contre le mal, comme :
le Coq : veilleur entre la nuit et le jour, entre le bien et le mal, qui chasse les mauvais esprits

les yeux : la fenêtre de l’âme, ils voient les esprits mauvais et les chassent

les étoiles : source de lumière, elles nous guident vers le bon chemin

le cercle : il représente le soleil tout en étant un symbole de renouveau (ce qui a été sera de nouveau, répétition des saisons, mort et renaissance de la nature)

De nombreux symboles appellent la fertilité et l’abondance :
l’escargot : symbole de la reproduction, de la grossesse, de l’évolution

le blé : symbole de la prospérité et de la paix

les feuillets et les fruits, symbole de la vitalité

Il y a aussi les symboles du temps qui passe, de la renaissance, de la vie éternelle : la vigne : symbole de la vie éternelle ; l’eau courante : symbole de la vie, du temps qui passe. Les motifs, cousus aux tissus, sculptés dans des objets ou peints sur les maisons, créaient un bouclier symbolique contre les esprits mauvais.

Bijoux Mihaeala Ivana – Femme en costume traditionnel Pinterest – Femmes en costume traditionnel de Transylvanie Pinterest

La Roumanie est un pays riche de multiples influences que les femmes utilisaient pour varier le décor de leurs vêtements. S’y mêlent aussi la variété des techniques des travaux d’aiguille (notamment ceux de la tapisserie).

Papier peints, Cai verzi pe pereti – Robe roumaine en coton, fin du XIXème siècle, The Met

Au XIXème siècle, apparaissent ainsi des motifs floraux non-géométriques. A partir de 1900, les décors deviennent plus complexes et élaborés, jouant avec de nombreuses techniques. On retrouve le motif de l’Arbre de vie – toujours très vivace aujourd’hui en Roumanie – aussi bien sur les ustensiles en céramiques, les portails que les tapis : c’est le symbole même de la vie éternelle, de l’évolution spirituelle.

Retour aux sources

Rituel folklorique, Charles Freger – Manteau brodé de 1900 aux tulipes Matyo (Hongrie) – The Met – Biscuits décorés par un artiste Hongrois Mezesmanna

Pendant longtemps ces objets et symboles étaient perçus comme archaïques ou au mieux, folkloriques. Il est donc intéressant de voir de jeunes artistes s’en inspirer, et transmettre ainsi un précieux héritage aux générations suivantes. Je pense au mur de Cai verzi pe pereti, aux bijoux de Mihaela Ivana, à la collection de tapis de Dare to Rug. Tous ont réussi à réinterpréter dans leur propre style les anciens symboles. La Roumanie a de quoi être fière de son patrimoine.

email: info@martineclaessens.com

Partager