La Maison Porthault – un siècle de broderie au service de l’excellence

09/03/2020

Rencontre avec Charlotte Espinosa, responsable du département Broderie de la Maison Porthault.
Interview de Claire de Pourtalès

Les photos sont protégées par copyright pour la Maison Porthault.

Pouvez-vous nous raconter en quelques lignes l’histoire de la maison ? 
La Maison a été fondée par Daniel et Madeleine Porthault en 1920, il y a tout juste cent ans cette année !
Ce couple fondateur a commencé rue de la Grange Batelière à Paris, en confectionnant de la lingerie et s’est très vite tourné vers le linge de maison de luxe.
Si Daniel a su être visionnaire en matière de produits et d’investissements, c’est Madeleine qui orchestrait la partie artistique et a su nouer des liens privilégiés avec les clients les plus importants. A eux deux, ils ont hissé le linge de maison au rang de Haute-Couture, notamment grâce à la broderie réalisée à la main.

Orchidées © Maison Porthault
Eternité © Maison Porthault

Est-ce que la broderie main a été une technique utilisée dès le départ ?
Oui, bien sûr car dans la tradition du linge, il est assez courant de chiffrer les parures. Le premier usage de la broderie Main au sein de notre maison a été les monogrammes sur-mesure réalisés pour des clients particuliers.
Dans notre Maison, la broderie a vraiment pris son essor avec les commandes sur-mesure dans les années 50. A l’époque, c’est Sylviane, la sœur de Danielle Porthault, qui monta un atelier à Alençon. La Maison comptait jusqu’à 50 brodeuses, dont beaucoup travaillaient à domicile.
Il y eu des projets considérables où ces femmes, par exemple, devaient broder en quelques mois des nappes pouvant atteindre des longueurs inattendues pour des réceptions diplomatiques (jusqu’à 60 mètres de long !).
Aujourd’hui, elle connaît une période très prospère, car s’ajoutent aux commandes sur mesure, nos collections et la fabrication de modèles iconiques, comme Pois de senteur, Confettis, Constellation, Fleurs et papillons, etc…

Avez-vous un point / une technique iconique ?
Plus qu’une technique, nous avons un style de réalisation, « une patte », qui allie virtuosité du dessin, des couleurs et de la broderie. Il s’agit de la peinture à l’aiguille, réalisée « à l’économie ». L’ouvrage est le plus enrichie possible en termes de nuances de couleurs, tout en restant très fin, ce qui apporte beaucoup de profondeur à nos créations. Le point de chausson et le point de sable sont aussi des techniques que nous utilisons d’une façon particulière, tout en finesse, avec un rythme très spécifique.
Nous réalisons beaucoup d’applications de tissus fins, comme le crêpe de soie, ce que l’on trouve peu ailleurs aujourd’hui dans le linge de maison.
De manière générale, les innovations de la Maison sont très liées à celles effectuées en dessin. Il y a une vraie relation, un dialogue permanent entre ces deux métiers, l’un n’existerait pas sans l’autre, et les deux s’enrichissent mutuellement.

Anagramme © Maison Porthault

Quel matériel utilisez-vous ?
La broderie à la main est essentiellement réalisée à l’aiguille, sur des toiles et avec des fils résistants à des entretiens permanents. Bien que la broderie soit fine, il faut qu’elle soit solide. Ainsi, les matières utilisées sont le coton, le lin, et des fils métallisés résistants. Nous travaillons beaucoup sur le voile que nous fabriquons dans notre usine à Cambrai et qui est grand teint, ce qui lui confère une grande durabilité.

Pois de Senteur © Maison Porthault

Comment est composée votre équipe ?
Le cœur de la maison est son studio de création. Au sein de l’équipe, je suis spécialisée en broderie à la main. Je crée et dessine les modèles, je réalise les échantillons de broderie, expérimente de nouvelles techniques, de nouveaux dessins, en fonction des thèmes artistiques qui changent à chaque saison car nous avons deux collections par an. Mais, je ne travaille pas en vase clos, car je dialogue en permanence pendant l’élaboration des modèles avec les artisans qui les réaliseront ensuite.

Quelle est votre formation ?
Avant d’être styliste, j’ai fait un BMA, Brevet de Métiers d’Art, spécialisé en broderie main, un diplôme technique où l’on apprend toutes les bases de ce métier. Puis, j’ai intégré l’école d’art appliqué Duperré en Diplôme de Métiers d’Art, toujours dans la même spécialité. J’ai ensuite travaillé pour la haute-couture, pour l’atelier Lesage notamment, et la décoration d’intérieur, comme dessinatrice et designer en broderie. Créer pour le linge de Maison de luxe m’est apparu alors comme un nouveau défi, une corde de plus à ajouter à mon arc.

Papillons © Maison Porthault
Plumes © Maison Porthault

Quelle proportion des commandes est-elle brodée à la main ?
En effet, nous ne faisons pas que des créations brodées à la main. Nous imprimons nos tissus en sérigraphie dans notre usine d’Argentan, et nous confectionnons notre linge avec des finitions exceptionnelles issues du savoir-faire unique de notre usine à Cambrai. Ces ateliers fonctionnent à plein régime, et nous permettent d’être très réactifs. Nous travaillons également avec des ateliers indépendants dont l’activité est essentiellement dédiée à nos produits et à notre savoir-faire, avec la même exigence de réalisation.
Mais la broderie à la main représente une part substantielle de nos réalisations. Il s’agit aussi bien des ventes directes de notre collection en boutique, que des commandes sur-mesure réalisées en exclusivité pour nos clients. Notre équipe commerciale entretient des relations de confiance depuis plusieurs années avec nos clients et élabore avec eux des créations spécialement dédiées à leurs intérieurs. La broderie à la main permet de rendre ces réalisations uniques et de les chiffrer dans la tradition du linge de maison. Cette marque de fabrique constitue le patrimoine spécifique de chacun de nos clients, exactement comme dans la Haute-couture.

Gardez-vous des archives ? Peut-on les voir ?
Nous avons des archives qui constituent également notre source d’inspiration permanente. Dans nos collections, nous créons chaque fois un modèle inspiré d’une de ces archives, que nous réactualisons tout en conservant l’esprit. C’est une façon de maintenir l’ADN de la Maison.
Nos archives ne sont pas accessibles au public, mais nous les présentons à nos clients qui désirent réaliser des commandes sur-mesure, pour qu’elles soient la base de nouvelles créations.

Quelles sont vos influences, les nouveaux motifs, couleurs, etc. ?
Nos thèmes de prédilections sont essentiellement les fleurs, de tout type et de toutes les couleurs. Je crois qu’il n’y a pas une espèce de fleur qui n’est pas été interprétée au moins une fois par nos dessinatrices ! Les styles peuvent varier en fonction des époques et des saisons mais l’esprit reste toujours le même : la gaieté. C’est l’idée majeure de la Maison, offrir une forme de jovialité dans nos intérieurs ou pour les grandes occasions.

Wallis © Maison Porthault
Tulipes Perroquet © Maison Porthault

Comment voyez-vous l’avenir de la broderie main dans votre maison ?
La broderie est de plus en plus demandée. Aujourd’hui, peu de Maisons proposent du linge avec un savoir-faire à notre niveau, ce qui nous rend unique. Nous améliorons chaque année nos techniques et nos créations, jusqu’à réaliser des parures d’exception en série limitées.
La solidité de nos techniques donne à nos broderies une grande durabilité et permet à nos clients de se constituer un patrimoine dans la pure tradition du linge de maison. La broderie main a une valeur de pérennité pour notre Maison et donc une place très importante.

Avez-vous des anecdotes à nous raconter ?
Parmi ses clients et amis-es, Madeleine pouvait compter sur Jackie Kennedy à qui elle venait rendre régulièrement visite à la Maison Blanche. Cette dernière aimait beaucoup dessiner et peindre avec ses enfants. Certaines de ces peintures ont servis d’inspiration à nos imprimés et à nos broderies, dont l’une, réalisée en point de Beauvais connut un long succès commercial.
D’autres clients ont servi d’inspiration à nos créations, comme la poétesse Louise de Vilmorin dont la signature était toujours ornée d’un délicat trèfle à quatre feuilles, qui inspira l’un des motifs iconiques de notre Maison, les Trèfles, décliné en imprimé et en broderie.

JackieKennedy avec Madeleine Porthault © Maison Porthault

Le contenu de ce site est accessible gratuitement et n’est pas modifié par de la publicité. Ce travail prend du temps et pour être sûre de pouvoir continuer à faire connaitre nos artistes et l’art de la broderie, j’ai besoin d’un peu d’aide. Si une fois à l’occasion vous pouvez faire un petit don, je vous en serai très reconnaissante. Merci ! Claire

Partager