La Manufacture Bohin – des aiguilles de qualité

07/04/2020

L’aiguille… un objet de tous les jours, simple, humble, peu coûteux. Et pourtant, derrière cette invention préhistorique, se cache un univers fascinant.

Découvrons la Manufacture Bohin, la dernière usine d’aiguilles en France, qui a su s’adapter au monde moderne sans perdre son âme.

La Manufacture Bohin Façade par Jean-Marie MANDON © Manufacture Bohin

Tout commence avec un petit garçon, Benjamin Bohin, au caractère bien trempé. Dés 8 ans, en 1830, il travaille avec son père à la fabrication de boîtes en bois mais à 11 ans il veut déjà reprendre la petite entreprise pour intégrer une production en série. Devant le refus de son père, il va tenter par trois fois de partir en Amérique. Finalement ce dernier cède l’entreprise à son fils – qui n’a que 17 ans. Et la marche en avant ne s’arrêtera plus. Benjamin est un vrai entrepreneur, dont le 19ème siècle est féru : il voyage, il invente des produits, il ouvre des usines.

Pendant 5 générations, les Bohin vont faire prospérer cette région de Normandie, connue pour la qualité de son fer. Ils créent des aiguilles, des épingles, des aiguilles phono, des lames de rasoir – tout ce qui peut naître d’un fil métallique souple.

L’équipe © Manufacture Bohin

Le milieu du 20ème siècle n’est pas tendre pour l’entreprise qui doit lutter contre la concurrence et les nouvelles technologies (comme le velcro). Mais elle peut compter sur Didier Vrac. L’ancien directeur commercial croit en l’entreprise qu’il rachète en 1997. En 2000, à la suite d’un reportage sur TF1, les visiteurs affluent vers l’usine. L’idée d’un musée est née. Il faudra 14 ans pour créer un véritable ensemble muséographique : visite des ateliers de production, d’un musée contemporain, d’une grande salle d’exposition temporaire, d’une boutique. Les visites sont adaptées au public, des salles de séminaires sont disponibles, tout est mis en place pour rendre ce lieu plus vivant que jamais.
En 2018 c’est la directrice du musée elle-même, Audrey Régnier, et son mari, qui rachètent l’entreprise.

Les bracelets pelotes © Manufacture Bohin

Chaque année, Bohin crée des nouveautés – comme cette aiguille spécialement conçue avec France Boutis en 2018. Il existe plus de 100 types d’aiguilles disponibles pour la couture, la broderie, la tapisserie, le boutis, des aiguilles pour les yeux fatigués ou pour coudre des perles. Mais on trouve aussi des aiguilles dites « artisanales » pour le cuir, les matelas, les poupées ou même les voiles des bateaux, à la pointe triangulaire ! Le catalogue est réellement impressionnant… et donne une furieuse envie de coudre et de broder !

L’un des produits phare est le Bracelet pelote. Ne vous fiez pas à son apparence léchée, à l’intérieur se cache un gros morceau de crin de cheval, car cette matière permet de conserver le lissage de vos aiguilles.

Il faut 27 étapes (et 2 mois de travail !) pour créer une aiguille – 8 pour façonner la matière, 11 pour structurer l’aiguille et 8 pour les contrôler et les emballer. Retrouver ici des vidéos qui vous feront changer votre regard sur vos aiguilles !
Pour tous ceux qui aiment le travail des mains, la fabrication de ces objets si petits est fascinante. Tout l’art de Bohin se cache dans la qualité de ses machines (la plus jeune est de 1945 !) et du regard humain à chaque étape. Rien n’est laissé au hasard pour créer une aiguille qui glisse parfaitement sans se casser ou sans abimer votre fil. Chez Bohin, la qualité est visiblement au cœur de tout leur processus.

Ateliers de production, lébavurage © Manufacture Bohin
Aurélie Wozniak, Coral © SilverPoints

La qualité humaine est aussi présente dans les engagements sociaux et artistiques de cette maison. A découvrir ici.

Une grande exposition rassemblant 23 artistes devait avoir lieu à partir du 20 mars. « Monté en épingle » nous présente plus de 80 œuvres sculptées, peintes, cousues, tissées qui ont pour centre l’épingle. Espérons que le Covid nous laisse respirer pour que nous puissiez découvrir cette exposition au plus vite : les œuvres présentées sont fascinantes, ludiques, belles ou encore étonnantes !

Marc Gaillet, Sudan © Manufacture Bohin
Musée – La Normandie et le contexte industriel © Manufacture Bohin

Le contenu de ce site est accessible gratuitement et n’est pas modifié par de la publicité. Ce travail prend du temps et pour être sûre de pouvoir continuer à faire connaitre nos artistes et l’art de la broderie, j’ai besoin d’un peu d’aide. Si une fois à l’occasion vous pouvez faire un petit don, je vous en serai très reconnaissante! Merci! Claire

Partager