S.E.W – Une société pour la défense de la broderie comme Art

09/08/2020

Sew signifie coudre en Anglais, et se prononce « so ». C’est aussi ici l’anagramme de Society of Embroidered Work, Société des travaux brodés. Rencontre avec les fondatrices, Cat et Emily.

Interview Claire de Pourtalès

Tiré du site internet de SEW :
Cat Frampton et Emily Tull fondent SEW en 2018. Après une conversation sur le manque d’inclusion des artistes brodeurs dans le monde de l’art, ayant elles-mêmes vécu les regards négatifs ou rabaissants (vous faites de l’artisanat, pas de l’art), les deux amies décident de créer une société qui aura pour mission de soutenir les artistes utilisant la broderie pour s’exprimer.
Devenir membre de SEW c’est montrer au monde que vous êtes reconnu comme artiste et que vous avez une association (une guilde) pour vous soutenir.
La lutte pour faire reconnaitre la broderie au rang d’art majeur est loin d’être terminée.
SEW fera sa part.

Sharon Peoples Mikimoto Pearls / 15,5 x 12 x 3,5 cm © S.E.W

Qui sont Cat et Emily ?
Emily – J’ai un diplôme des Beaux-Arts, en peinture. Avec le temps, j’ai commencé à me sentir frustrée car je n’arrivais pas à obtenir le résultat final en peinture et mon style ne s’y retrouvait pas. Je recherchais des détails très fins. En travaillant à un projet où je devais introduire une toile de jute, j’ai eu cette idée de broder un portrait sur cette toile. J’ai tout de suite aimé le control que j’avais avec cette technique et je ne suis jamais revenu en arrière. C’était il y a 12 ans.

Cat – J’ai découvert la broderie comme adolescente. Je brodais des kits au point de croix mais j’étais incapable de suivre les instructions ! En grandissant, j’ai tenté d’exprimer ma fibre artistique avec des crayons et de l’aquarelle dans un style minimaliste. Après la lecture d’un poème, j’ai eu envie de retrouver la broderie. C’était comme revenir chez moi. Un médium avec lequel je pouvais être aussi précise que je le voulais, tout en continuant à travailler dans l’idée de « moins est mieux ». J’ai eu l’impression que tout mon parcours avec le dessin et la peinture n’était qu’une préparation. La broderie est mon œuvre final.

Quelle est votre vie professionnelle avec la broderie ?
Emily – Je suis une artiste indépendante – je travaille avec diverses techniques, mais je crée surtout avec la broderie et c’est ce que j’expose régulièrement.
Cat – Mes œuvres sont surtout réalisées en broderie, qu’elles soient exposées ou pour une commission. Je suis une artiste brodeuse professionnelle. Quand je brode, c’est là que je crée mon art le plus vrai.

D’où êtes-vous ? Est-ce que cela a un impact sur la création de SEW ?
Nous sommes toutes les deux du Royaume Uni, mais de régions différentes. Nous nous suivons via internet mais nous ne nous étions jamais rencontrées avant la création de SEW. Nous ne savions même pas si nous allions nous entendre assez pour ça. Mais au final tout s’est bien passé – nous avons les mêmes envies, la même façon de penser. Il est souvent difficile pour nous de se voir régulièrement, mais nous communiquons beaucoup par téléphone ou emails.

Joan West – (à l’arrière) The Protected Tree, 30 x 20 x 20 cm / (devant) Sacred Well, 14 x 23 x 23 cm © S.E.W
Jo Smith MumAll Is Lost, 3 pots, 25 x 12 cm © S.E.W

Comment avez-vous créé SEW ?
Cat avait partagé sur les réseaux sociaux la réflexion qu’un peintre lui avait faite. Son travail était de l’artisanat, pas de l’art. Les réponses ont été nombreuses, beaucoup d’artistes, dont Emily, partageant la même expérience. Nous nous sommes retrouvées en messages privés à discuter de tout ça et l’idée de SEW est née de ces échanges. Nous avons commencé à faire des recherches, à construire sur cette idée. Nous avons proposé à quelques artistes de devenir membres. Pour nous c’était déjà un pas pour savoir si d’autres artistes étaient intéressés. Nous avons été incroyablement surprises et heureuses de la réaction de ces artistes qui pensaient comme nous et qui voulaient devenir membres.

Nous arrivons à la fin de notre deuxième année et nous sommes toujours fascinées par l’intérêt que SEW a reçu, non seulement par ceux qui souhaitent devenir membres, mais également par l’intérêt du monde de l’art, nous demandant de participer à des évènements, d’être interviewer pour des magazines. Nous avons tenu notre première exposition l’année dernière à Londres. La situation de pandémie actuelle nous a malheureusement conduites à annuler la rencontre prévue en mars 2020 (discussion et exposition). Cela a aussi arrêté toutes les discussions que nous avions sur des projets à venir. Mais nous gardons un œil sur la situation et nous espérons que l’année prochaine les choses pourront retrouver leur place.

Comment choisissez-vous les nouveaux membres ?
Environ tous les 6 mois nous lançons un appel ouvert. Nous demandons des images et des explications sur les œuvres, ainsi que des informations sur l’artiste. Nous demandons des images de qualité et recherchons une continuité dans le travail, une direction. Il faut que les artistes soient conscients de la valeur artistique de ce qu’ils font.

Quel est votre contrat avec eux ?
Nous avons quelques règles internes avec lesquelles ils doivent être d’accord. Nous demandons un haut niveau artistique. Si ces artistes s’expriment avec d’autres techniques, nous demandons qu’ils continuent aussi avec la broderie. Nous leur demandons aussi de pas porter préjudice à la bonne réputation de la société.

Angela Knapp Home In Sight, 48 x 48 cm © S.E.W

Quelle est votre définition de l’artiste ?
Emily – Un artiste est un raconteur d’histoire visuel. Qu’importe la technique qu’il utilise, il crée un sentiment, une déclaration politique ou il capture la beauté d’un paysage.

Cat – Pour moi, l’art est à la fois une vision et une technique. La vision est une idée qui sous-tend l’œuvre, le message. La technique est la capacité à utiliser un médium de telle sorte que le message puisse passer.

Imogen Rhodes-Davies Yellow Dribbles, 20 x 25 cm © S.E.W

Travaillez-vous avec des artistes en dehors du Royaume Uni ?
Oui, nous avons des membres du monde entier. Notre première exposition montrait des œuvres d’artistes venant d’Australie, d’Allemagne, d’Italie, d’Israël et des États-Unis.

Comment incluez-vous ce travail dans votre vie professionnelle ?
Nous avons des rôles différents. Emily généralement s’occupe des réseaux sociaux, du site, des formulaires, etc. Cat s’occupe des listes, de la newsletter, de l’administration. Ensemble nous gérons les emails. Mais tout est assez flexible, et si l’une est très occupée, l’autre se charge de son travail. Nous organisons les nouvelles volées et les expositions en fonction de notre travail et de nos disponibilités.

Anne Kelly, (à droite) Haberdashery Case-Bay, 16 x 25 x 8 cm / (à gauche) Haberdashery Case-Violet, 15 x 20 x 8 cm  © S.E.W
Stacey Chapman Exogen, 73 x 45 cm © S.E.W

Quelles sont vos relations avec les autres sociétés d’art ?
Faire accepter la broderie comme un art majeur est un but à long terme. Jusqu’ici, nous avons rencontré des groupes qui, s’ils sont poussés sur ce sujet, finissent par accepter que la broderie soit un art. Les groupes d’art mixtes ne semblent pas bien comprendre ce medium et jugent sans vraiment connaitre. Les appels aux soumissions sont souvent en fait fermés pour nous.

Que proposez-vous pour soutenir vos membres, en dehors de votre site et des expositions ?
Nous souhaitons voir les arts textiles reconnus et invités lors des grands appels ouverts des galeries – souvent dans les formulaires on retrouve un nombre limité de techniques acceptées (peinture, sculpture et média mixtes). Quand ces appels n’offrent pas une liste précise des techniques acceptées, il peut être difficile de prendre du temps et de dépenser de l’énergie pour postuler. Nous avons déjà pris contact avec la Royal Academy. Nos membres nous demandent parfois de rédiger un texte qui sera inclus dans les applications, dans les catalogues d’expositions. Si nous pouvons aider les artistes à atteindre leurs buts, alors peut-être qu’un jour la broderie pourra enfin atteindre un large public.

Est-ce qu’il existe des groupes, des artistes qui vous inspirent ?
Il y en a tant qu’il est impossible de faire un choix. Mais Group 62 est un groupe formidable, composé de merveilleux artistes professionnels. Les Ateliers Ouverts sont un autre moyen de faire connaitre les artistes qui débutent tout comme les professionnels. C’est un moyen qui nous plait beaucoup.

Holly Searle The Empresses New Clothes, 45 x 35 cm © S.E.W

Connaissez-vous d’autres association comme la vôtre dans d’autres pays ?
Il existe de nombreux groupes et associations, mais je n’ai encore jamais rien vu comme la nôtre.

 

Site de SEW

Le contenu de ce site est accessible gratuitement et n’est pas modifié par de la publicité. Ce travail prend du temps et pour être sûre de pouvoir continuer à faire connaitre nos artistes et l’art de la broderie, j’ai besoin d’un peu d’aide. Si une fois à l’occasion vous pouvez faire un petit don, je vous en serai très reconnaissante! Merci! Claire

Partager