Une brodeuse roumaine reprend son aiguille – deuxième épisode

30/10/2019

Florina Cismaru est née en Roumanie, un pays bien connu pour ses magnifiques broderies. Elle a décidé de broder une des fameuses « blouses roumaines » et j’ai voulu la suivre dans son aventure aux sources de sa culture. A mi parcours de sa réalisation, je lui ai posé quelques questions. (Retrouvez le 1er épisode ici)

Le travail de broderie avance ©Florina Cismaru

Me voici à la moitié de mon projet. Je broder 2 à 4 heures par jour et j’ai terminé une manche. Je suis toujours aussi motivée et j’aime ce travail, mais j’ai aussi hâte de pouvoir la porter !

Même après tout ce temps, je dois constamment vérifier le dessin, qui est très précis et assez complexe : cela me demande beaucoup de concentration. Une erreur arrive très vite !

Première manche terminée ©Florina Cismaru
Détail du motif ©Florina Cismaru
Costumes Hateg, tirés du livre Le costume Roumain dans le Patrimoine des collections du Musee National du Village « Dimitrie Guști », par Doina Ișfănoni et Paula Popoiu ©Florina Cismaru

C’est ma première blouse et je me suis inspirée d’un ancien modèle trouvé dans le livre de Dimitrie Comșa, Din ornamentica română (1904). Le dessin a dû être réalisé sur du papier millimétré, mais la photo est abimée et il ne reste que la broderie. Cela a été un vrai challenge de le redessiner.

J’adore travailler sur ce tissu de chanvre, il est comme vivant. Il a une texture très agréable, élégante aussi.
J’ai pris la précaution de le laver avant de le broder. Mais en fait le chanvre ne rétrécit pas beaucoup, peut-être 5 %. Par contre J’ai gagné en netteté, les fibres étaient plus stables. Le plus compliqué a été de positionner le motif au-dessus du coude. Il fallait être très précis ! J’ai dû faire plusieurs tests.

Cette expérience est arrivée au bon moment dans ma vie. J’y gagne une grande force intérieure. Coudre, broder, rechercher des costumes, j’adore ça. L’art du textile est un art fascinant, que je respecte. Plus je découvre de nouvelles pièces, plus je suis émerveillée. Et pas seulement par les blouses, par tout le costume Hateg aussi. Je le trouve à la fois simple et élégant. J’aime particulièrement les dessins monochromes. Nos ancêtres cousaient et brodaient très minutieusement. Une voisine m’a donné une ancienne blouse, typique de la région de Mehedinti où j’habite. La blouse a de larges manches cousues avec un fil de coton très fin. Elle est couverte de motifs géométriques brodés avec des points minuscules ! Magnifique !

Blouse ancienne de la région de Mehedinti ©Florina Cismaru

Partager