Acru – entre poésie et broderie

12/02/2021

Quand l’art de la broderie s’allie celui de la poésie, tout est possible. Rencontre avec une artiste Irlandaise, à la fantaisie merveilleuse…

Photos – © Acru_ – photos protégées par copyright – merci
Interview – Claire de Pourtalès

Cosmic Heron © Acru_

Qui êtes vous ? Quel est votre parcours ?
Je suis une artiste irlandaise de la broderie et des techniques mixtes vivant à New York. J’ai une maîtrise en économie et j’ai passé la meilleure partie des dix dernières années à travailler comme analyste à Dublin et à Londres. Je brode depuis toute petite et j’ai toujours été attirée par l’idée de créer de beaux objets avec mes mains.

Quand / où avez-vous appris la broderie? Quelle est votre histoire avec ce medium?
J’ai appris à broder avec ma mère. Elle est incroyablement talentueuse et a nourri notre amour de l’art dès notre plus jeune âge. Nous avons grandi dans une vieille maison de campagne, qui avait besoin de beaucoup de rénovation lorsque nous avons emménagé. Ma mère a donc transformé l’une des anciennes chambres en un studio d’art de fortune pour mes sœurs et moi. C’était magique, on se sentait de vraies artistes décomplexées!

Comment en êtes-vous arrivé à cette technique particulière, à ces sujets?
Enfant, j’ai travaillé avec la peinture, mais je suis rapidement passée au tricot puis à la broderie, passant une grande partie de ma jeunesse à regarder ma mère coudre. C’est avec la broderie que j’ai trouvé un lien profond avec l’art. Je suis attirée par son aspect tactile et la façon dont vous pouvez interagir directement avec le fil. Travailler avec du fil me semble le plus naturel.

Terrazzo © Acru_
Amber sky © Acru_

Qu’est-ce qui vous inspire?
Je suis inspirée par la couleur, la nature, le ciel, l’histoire de l’art, le design d’intérieur, l’architecture. Tout vraiment ! En ce moment, je passe beaucoup de temps à explorer la mythologie irlandaise, qui est si belle et si riche et pleine de drames. Je cherche des moyens de la raconter à travers le fil, de manière contemporaine. Je suis aussi maman d’un garçon de deux ans, c’est donc très amusant de voir le monde à travers ses yeux et de comprendre ce qu’il trouve intéressant et amusant.

Quel est votre processus créatif? Dessinez-vous sur votre toile avant de broder ?
Je suis encore en train de comprendre comment faire ! Mais souvent, je me demande quelle est l’utilisation prévue de ma pièce et à quel endroit est-elle destinée. Je conçois toujours en pensant à cette demeure. Mes pièces sont destinées à être appréciées dans un cadre domestique. J’ai donc une grande partie de ma palette de couleurs choisie à l’avance. Avant de commencer une pièce, je pense souvent aux couleurs qu’elle aura? Ou plus précisément, je vais voir une combinaison de couleurs que j’aime et je pense que ce sera ma prochaine pièce.
Une fois ces considérations établies, je pense au sujet et à la composition. Et puis je dessine. Je fais beaucoup de travail de préparation en peinture. Auparavant, mon approche était assez organique, mais pour des pièces plus grandes ça ne fonctionne souvent pas. J’ai constaté que je faisais beaucoup de points détaillés et chronophages, pour me rendre compte que je n’avais pas développé de concept autour de ce que je faisais. Maintenant, je fais beaucoup de croquis et de peinture, que je photographie et je joue avec dans Photoshop. Cela me permet de comprendre la mise en page de ma composition et d’ajuster les couleurs. Une fois développé, je commence à broder. Parfois, je m’écarte du plan si je découvre quelque chose de nouveau pendant le processus de fabrication, ce qui peut être assez excitant.

Etaín © Acru_

Quel matériel utilisez-vous?
Mon travail est en constante évolution. Pendant longtemps, j’ai brodé à la main directement sur du lin à l’aide de fil à broder en coton, ce qui peut prendre beaucoup de temps. Mais au fur et à mesure que je développe mon travail, j’aime les possibilités et l’immédiateté de l’appliqué pour remplir de grands espaces et donner une plus grande dimensionnalité à une pièce. J’ai commencé à peindre des tissus pour obtenir une gamme de couleurs plus proche de ce que je recherchais, puis j’ai coupé ce tissu pour l’appliquer. Je réserve ensuite les éléments les plus détaillés de ma composition à la broderie à la main.

Joseph’s Lam © Acru_
Pink Cosmic infograph © Acru_

Comment brodez-vous?
Partout où je peux! J’ai un enfant, il est donc important que je puisse pratiquer devant la télé la nuit! Mais j’essaie de faire la majorité du travail dans mon studio, puis je réserve le travail plus orienté « processus » – comme la broderie à la main – pour le canapé. Je travaille toujours mes couleurs le jour, à la lumière naturelle, pour pouvoir travailler la nuit dans un cadre plus intime et détendu.

Qu’est-ce que vous souhaitez nous offrir avec votre art?
Je suis excitée par la beauté. J’adore l’idée d’objets élevant le quotidien. J’ai des choses de base chez moi qui m’apportent de la joie pure car ils sont magnifiquement conçus et / ou racontent une histoire. C’est ce que je veux réaliser avec mon art.

Mon enfance a façonné une grande partie de qui je suis et de ce que je crée. Je viens d’une famille chaleureuse, aimante, créative et un peu décalée, et la maison de mes parents en est le reflet. Elle a été décorée avec tant d’originalité et de soin qu’il est parfois très difficile de la quitter! Elle fourni un vrai refuge et est une source d’inspiration. Alors que ma propre petite famille se déplace beaucoup, je pense qu’il est encore plus important de recréer ce refuge, de me donner ce même sentiment de connexion. Et je transmets ce sentiment dans mon art. Quand quelqu’un possède une pièce, je veux qu’il éprouve de la joie et une connexion à chaque fois qu’il la regarde.

Coussin Eléphant © Acru_

Pensez-vous au prochain travail en travaillant? Avez-vous une ou plusieurs pièces à la fois?
Toujours ! Je pense constamment à d’autres pièces. Mais j’essaye d’être plus disciplinée et plus présente. Je pense que c’est nécessaire pour garder l’élan et terminer les projets dans un délai raisonnable. Je suis sûre qu’il y a un bel équilibre quelque part, un équilibre dans lequel vous pouvez accorder la bonne quantité d’attention à une pièce tout en étant ouvert à la génération de nouvelles idées, de sorte que quand une pièce est terminée, vous pouvez plonger dans la suivante. Je n’ai tout simplement pas encore trouvé cet équilibre!

Comment vous sentez-vous quand une pièce est terminée?
Je suis très attachée à mon travail et j’ai du mal à m’en séparer. Tant de considérations vont dans son histoire, la sensation, l’exécution. Ce que vous ne voyez pas, ce sont les heures passées à découdre des points si quelque chose ne va pas! Cependant, c’est un sentiment à la fois très émouvant et qui me rend humble que quelqu’un choisisse d’acheter mon travail et de le mettre dans sa maison. Je ne dis pas cela à la légère, j’apprécie beaucoup mes acheteurs. J’apprécie tellement que mon travail puisse exister dans le monde réel, en dehors de mon studio.

© Acru_
Pink Cosmic infograph , in situ © Acru_

Quels sont les autres artistes brodeurs que vous admirez?
Il y en a tant! Mais surtout, sans ordre particulier: Karen Nicol (@ karennicol1), Stacey Jones (@bystaceyjones), Tessa Perlow (@tessa_perlow), Helen D Wilde (@ovobloom), Jill Burke (@jilldeburca), Emma Mierop (@ skippy.cotton), William KW (@williambroidery)

Exposez-vous votre travail?
Pas encore, mais j’aimerais le faire, après le Covid.

Y a-t-il une pièce (ou plus) dont vous ne pouvez tout simplement pas être séparée?
Oui. Ma collection de coquillages numérotés. Une grande partie de ma vie de l’époque est résumée dans cette pièce. Nous venions de déménager à New York avec un enfant d’un an et la maison que nous prévoyions d’acheter n’a pas pu l’être. Nous n’avions donc pas de logement et avons dû beaucoup bouger pendant de nombreux mois, ce que j’ai trouvé profondément troublant. Pendant ce temps, j’ai déversé une grande partie de mon énergie dans cette pièce, car c’était le seul aspect de ma vie sur lequel je sentais que j’avais le moindre contrôle. C’était aussi la pièce qui cristallisait ce que je voulais que soit acru. Alors une fois finie, je l’ai encadrée et j’ai résolu de ne jamais la vendre. La pièce que j’ai créée immédiatement après était la première pièce que j’ai vendue et a inspiré toutes les pièces suivantes.

© Acru_

Et enfin, pourquoi «acru_»?
Avant de savoir ce que serait mon entreprise, je voulais un nom qui résume tout ce qui était important pour moi: l’idée de collectionner ou d’accumuler de beaux objets et de les organiser pour mes amis, ma famille – mon équipe. Dans cet esprit, mon mari talentueux a pris l’idée de fusionner les mots clés (accumuler, curation, équipe – accrue, curate et crew en Anglais) pour trouver le nom de ma marque.

Site internet : https://www.acrunyc.com/
Compte Instagram : https://www.instagram.com/acru_/?hl=fr

Le contenu de ce site est accessible gratuitement et n’est pas modifié par de la publicité. Ce travail prend du temps et pour être sûre de pouvoir continuer à faire connaitre nos artistes et l’art de la broderie, j’ai besoin d’un peu d’aide. Si une fois à l’occasion vous pouvez faire un petit don, je vous en serai très reconnaissante ! Merci! Claire

Partager