Angélique Chesnesec – de fil et de métal

10/08/2019

Apprentissage

Après un BAC Littéraire, j’ai suivi un an de Mise à Niveau en Art Appliqué à Caen. J’ai ensuite passé deux ans à Rochefort-sur-mer au sein du DMA broderie du lycée Gilles Jamain. Là-bas, j’ai eu la chance d’apprendre à créer des matières en utilisant, entre autres, les techniques de broderie métallique. Pour aller plus loin dans ma recherche autour de la fusion du métal et du textile, et afin d’investir mes principes artistiques à plus grande échelle, j’ai intégré un second DMA, celui de l’ENSAAMA à Paris. J’ai ainsi appris à travailler le métal et à le mettre en forme au marteau. J’ai été diplômée ce mois de juin. Maintenant, je m’engage dans la vie active en tant qu’artisan créateur. Je créer des matières et des décors architecturaux.

Angélique Chesnesec, portrait d’Augustin Détienne

Techniques

J’apprécie particulièrement les points de remplissage tels que la peinture à l’aiguille, le vermicelle ou encore la couchure. Ils offrent des effets de matières rythmés qui varient suivant les matériaux. Je fabrique mes propres perles, paillettes, rubans, fils et cannetilles pour ensuite les broder suivant des techniques traditionnelles. J’utilise la broderie comme système d’articulation ; le tissage, le crochet et la maille pour assembler.J’aimerais apprendre à me servir d’un métier à tisser à bras. Cette machine artisanale me permettrait de créer mes propres étoffes et de tisser de grandes pièces mêlant divers matériaux.

Matières

J’utilise principalement des fils de matière brutes comme le lin, le chanvre ; des fils métalliques comme le fil d’argent, de fer, d’acier, de cuivre ; ou encore, le cuir, la chambre à air…Je réalise toujours des essais pour choisir le bon point et le bon fil (couleur, texture, épaisseur) suivant l’effet désiré.

Tissage de Copeaux, 2016 – 30 x 25 x 5 cm. Acier et cuivre

Création

En amont de la réalisation, j’expérimente par le dessin et par la fabrication de maquettes. Je déduis ainsi des systèmes d’assemblage, des formes, des couleurs et des textures. Je choisi une technique en fonction de la composition et des effets de matière que je souhaite créer. Je vais m’inspirer des techniques existantes et de leurs particularités esthétiques et fonctionnelles pour les adapter aux matériaux que je souhaite broder ou assembler. L’idée est de broder les matériaux non conventionnels avec des techniques traditionnelles.
J’utilise des points de remplissage pour créer une texture avec des éléments métalliques que je brode comme des perles ou des paillettes. Ou alors, j’assemble par le vide avec des points de chaînettes ou bien je relie des éléments par des fils tissés, etc. Mon but est de donner un caractère robuste et architectural à la broderie.

C’est la matière qui m’inspire : un morceau de métal, un tissu, une texture, une forme. J’analyse cette matière, cet objet, et j’expérimente diverses manières de le mettre en valeur, de le modifier, de l’associer ou encore de le suggérer avec un autre matériau.
J’aime répéter rigoureusement un point, un pli, une forme, un trait et le modifier par un processus de déformation. C’est alors la matière qui s’exprime et qui répond à une contrainte. Chaque matériau réagit différemment, suivant ses propriétés.
Je choisi les matières suivant leurs particularités propres, c’est pourquoi je les mêle. Leur partage fait naître des matières hybrides où la rigidité et la fluidité, la robustesse et la fragilité, le brut et le sophistiqué s’harmonisent.

Débris, 2018 – 15 x 12 x 2 cm. Acier, fil d’argent et cuir

Broderie / Sculpture

Je suis brodeuse et sculpteur sur métal. Je mêle les deux savoir-faire pour créer des matières. Je mets en forme le tissu, le métal, le cuir… J’utilise le pli pour modifier les matières et leur donner du relief. J’expérimente les matériaux en utilisant des techniques issues d’un autre corps de métier. Le métal est par exemple plissé puis pincé, comme un tissu. Le tissu est compressé et ses couches sont accumulées pour qu’il devienne rigide.
J’aime jouer avec les matières et les associer avec d’autres, de façon à provoquer la confusion. Je travaille le métal pour fabriquer des fournitures de broderie, j’utilise des techniques textiles pour assembler et articuler des pans rigides, je tisse un textile dans une structure d’acier, ou encore, je mets en forme le métal pour lui faire épouser les formes d’un textile. Lorsque je souhaite réaliser une pièce, je m’interroge en confrontant les possibilités techniques des deux savoir-faire. J’expérimente et je choisi ensuite la plus adaptée, ou la plus inattendue. Je pense que ces formations différentes ont enrichies ma démarche artistique et mon regard, je passe facilement d’un matériau à l’autre en adaptant les techniques. Je vous avoue que c’est parfois un vrai casse-tête, et c’est ce qui me plaît.

Matière Radiateur, 2017 – 32×25 cm. Toile de lin, canetille, lame argent et acier

Inspirations

Je m’inspire principalement des éléments naturels et industriels qui retiennent mon attention pour leur organisation, leur couleur, leur texture et leur forme. Je suis particulièrement sensible aux matières irrégulières, aux répétitions rythmées, aux accumulations et aux plis. La casse automobile dans laquelle je récupère de la matière première et des objets regorge d’éléments mécaniques détériorés et de tôles froissées et déformées. Je veux valoriser ces déchets et témoigner de cet univers auquel je suis sensible. Par exemple, les pièces « Radiateur » sont trois traductions textiles de l’organisation d’un radiateur de voiture. J’ai analysé l’objet, puis, j’ai expérimenté des assemblages de matière pour retranscrire son esthétique et son motif. Associer des petites pièces métalliques que j’avais récolté au textile, m’a permis de créer des matières articulées et modulables.

Les artistes qui m’inspirent sont Simone Pheulpin, Paul Balme, Marinette Cueco, Janaïna Milheiro, Pietro Seminelli, Richard Sweeney ou encore Issey Miyake.

Broderie Radiateur, 2017 – 40×35 cm. Tweed de laine, ruban tressé inox, cuir et acier

Avenir

Être lauréate du Prix Avenir Métier d’Art 2018 m’a beaucoup encouragé. C’est une belle reconnaissance qui me conforte dans mon projet d’avenir. J’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes intéressantes et bienveillantes qui me conseillent et m’ont fait part de leurs impressions.
Le prix que j’ai reçu va m’aider à constituer un atelier rapidement. J’envisage prochainement, grâce à ce soutien financier, de participer à un salon pour enrichir mon réseau et être davantage visible auprès des potentiels clients et prescripteurs.
L’engouement envers cette série m’a donné envie de continuer d’augmenter la collection « Radiateur ». D’autres croquis, dessins et maquettes n’attendent plus que d’être réalisées. J’envisage également de réaliser des décors muraux à plus grande échelle pour que l’on apprécie davantage la matière et ses mouvements.

Mon objectif est de continuer de produire des pièces personnelles mais également de collaborer avec d’autres corps de métier pour réaliser des pièces inédites et des petites séries. J’envisage, par exemple, de collaborer avec des architectes d’intérieur pour intégrer certaines créations dans un espace architectural. J’aimerais beaucoup avoir des commandes précises pour réaliser une cloison, décorer un mur ou un plafond sur-mesure.

Partager