Copperlight Studio – broder des Eclats de Vie

25/02/2021

Rencontre avec Isabel Greenslade, une jeune artiste Anglaise qui sait communiquer sa joie de vivre

Photos – © Copperlight Studio – photos protégées par copyright – merci
Interview – Claire de Pourtalès

Bright Burst, broderie à la main, fils et perles sur satin de soie. Montée et encadrée © Copperlight Studio

Vous avez grandi dans le Devon (Angleterre), diriez-vous que vous étiez une fille de la ville ou une fille de la campagne ? Cet endroit unique a-t-il façonné votre art…
En grandissant dans le Devon, je pense que je me considérais comme une fille de la ville, désespérée de déménager et d’explorer la vie passionnante des grandes villes ; mais après presque 10 ans de cette grande vie urbaine (3 ans à Leeds pour l’université, puis directement à Londres), j’ai vraiment réalisé que je serai toujours une fille de la campagne et que je reviendrai autant que je le pourrai ! J’aime le plein air, en particulier la côte du Devon, les plages et la mer – ce beau monde naturel qui a probablement influencé mon utilisation de la couleur et de la texture dans mon art.

Quand / où avez-vous appris la broderie ?
J’ai toujours été attirée par les textiles et après avoir exploré le tricot, le tissage et le design de surface à l’école, puis à l’université, j’ai commencé à expérimenter la broderie, profitant de la liberté de superposer la couleur et la texture sans restriction. J’ai effectué un stage dans des maisons de mode et des studios, notamment pour la réalisation de robes de mariées et la haute-couture, où j’ai brodé des vêtements et des échantillons. J’ai ensuite passé 4 ans à travailler en tant que développeur de produits, travaillant avec des entreprises pour donner vie aux vêtements et aux motifs de broderie. Cela m’a donné un excellent aperçu des possibilités de la broderie dans l’industrie.

Forest Burst, broderie à la main, fils et perles sur velours de soie. Montée et encadrée © Copperlight Studio
Bright Burst (détails), broderie à la main, fils et perles sur soie. Montée et encadrée © Copperlight Studio

Comment êtes-vous venue à utiliser des perles ?
J’aime utiliser le contraste et créer des textures dans mon travail, j’aime créer des pièces qui ne ressemblent pas à des broderies stéréotypées et j’aime la façon dont une perle stratégiquement placée crée une sensation de profondeur et de mouvement contre un tissu de base en satin ou en velours.

Comment votre série Burst (Eclats) est-elle née ? Quelle est votre connexion avec ces œuvres ?
Cette série est née de ma confiance grandissant dans mes propres motifs de broderie. Je saisissais toutes les opportunités qui se présentaient à moi… conception d’échantillons, travail de couturière en agence et commandes de broderie sur mesure. Ce fut un bon coup de pouce à ma confiance en tant que brodeuse et artiste indépendante, mais me laissa peu de temps ou d’énergie pour travailler sur ma propre broderie ou forger mon propre style de travail. Donc, ma résolution de nouvel an en 2020 était de garder 1 jour par semaine pour me concentrer sur mon travail. Ensuite, la pandémie a frappé et une grande partie de mes commandes ont été annulées (faites attention à ce que vous souhaitez !). Il me reste donc beaucoup de temps pour des expériences d’assemblage sans avoir un objectif pressé de créer pour quelqu’un d’autre. Je savais que j’aimais travailler avec la couleur et la texture et avec un style abstrait et imprévu (l’idée d’esquisser et de planifier une pièce m’empêche vraiment de me sentir créative) et ainsi les éclats sont nés !

Comment choisissez-vous vos matières ?
De manière très aléatoire et illogique, tout comme les designs! J’ai des boîtes de beaux tissus que j’ai collectés au fil des ans dans des merceries, des centres de recyclage, des magasins de seconde main et de la famille. J’en ai de différentes formes et de toutes les tailles. Je ne sais souvent plus d’où vient telle ou telle pièce que j’adore ! Je suis attiré par les tissus naturels doux et les textures comme le satin et le velours, car je pense qu’ils contrastent très bien avec la broderie dense et le travail de perles et comme chaque Eclat prend de nombreuses heures, il est vraiment important d’utiliser un tissu de bonne qualité. Ma technique pour trouver des soies de qualité incroyable à bon prix, est de plonger mes mains dans des bacs de seconde main !

Gold on Gold Burst, broderie à la main, fils et perles sur soie. Montée et encadrée © Copperlight Studio
Gold on Gold Burst, broderie à la main, fils et perles sur soie. Montée et encadrée © Copperlight Studio

Pouvez-vous nous décrire votre atelier ?
Je rêve d’avoir un beau grand studio un jour, mais à Londres c’est impossible, donc je n’ai pas de studio dédié, juste une grande armoire pleine de boîtes et des broderies suspendues en attente d’être encadrées ! J’ai du mal à me concentrer sur la création à moins que mon espace ne soit organisé, donc normalement au début d’une nouvelle pièce, je rassemble les matériaux dont j’ai besoin dans différentes boîtes et je les garde dans mon étui à broder pendant que je travaille dessus. C’est une tentative de garder un semblant d’ordre !

Comment aimez-vous travailler ?
Je me sens très chanceuse car le travail créatif est vraiment un moyen pour moi de me détendre. Ma routine diffère d’un jour à l’autre en fonction des autres travaux que j’effectue. Si je dirige des groupes artistiques, je passerai la soirée à broder, mais si je travaille à la fashion week ou avec une date limite, je dois mettre ma broderie de côté. Si je suis dans un mode créatif, je pourrais être en train de broder jusqu’au petit matin, toujours avec un bon podcast ou une série télé en arrière-plan !

Quels sont les sentiments qui vous habitent quand une pièce est terminée ?
J’ai normalement environ 10 idées que je veux commencer à assembler à la fois, mais j’essaie toujours d’en finir une d’abord, et de ne pas trop m’emballer en me précipitant entre les projets! Chaque Éclat se développe au fur et à mesure que je brode, et je ne sais jamais à quoi cela va ressembler jusqu’à ce que je finisse, cela m’inspire alors même que je me préparer pour la pièce suivante.

Neutral Burst, broderie à la main, fils et perles sur coton. Montée et encadrée © Copperlight Studio

D’où vient votre nom Copperlight Studio ?
Copperlight est le nom du bloc d’appartements dans lequel je vis. Ils sont construits là où se trouvait une usine d’ampoules ! J’ai toujours aimé le nom, et c’est une petite blague privée car je rêve d’avoir un beau studio ici alors qu’en fait ce n’est que ma table de cuisine.

Quel est votre processus créatif ?
J’aime commencer à choisir un tissu et une palette de couleurs générale pour la broderie et le perlage, mais cela évolue toujours au fur et à mesure. Je ne fais jamais d’esquisse ou n’utilise jamais de motifs / transferts pour travailler. Je construis juste des couches de fils et de couleurs au fur et à mesure. Récemment, j’ai commencé à délimiter la taille exacte à broder sur le tissu avant de commencer afin que je puisse obtenir la bonne taille et le bon placement – c’est le maximum d’organisation qu’on peut attendre de moi !

Optic Burst, broderie à la main, fils et perles sur tulle. Montée et encadrée © Copperlight Studio

Si vous n’aviez pas été artiste, quel autre métier vous aurait intéressé ?
C’est une question intéressante – quand je rencontre de nouvelles personnes et qu’on me demande ce que je fais, j’ai toujours du mal à répondre. Je suppose que je me catégorise dans 3 domaines de travail : artiste, facilitatrice d’art et perleuse de couture pour la mode (ça fait bien long !). J’adore travailler en tant que facilitatrice d’art – cela aide ma propre créativité tout autant que les gens avec qui je travaille. J’adore la vie d’indépendant et avoir différents domaines de travail sur lesquels me concentrer. Ils se complètent et chaque jour est différent – je ne pourrais jamais revenir à mon temps plein 9 heurs-17 heures !

Aimeriez-vous apprendre de nouvelles techniques pour mieux exprimer vos pensées et vos émotions ?
J’adore apprendre de nouvelles compétences créatives. Je pense que c’est si important de garder mon esprit en état de marche et de trouver de l’inspiration. J’ai fait quelques cours de courte durée à la Royal School of Needlework (perlage sur tambour, broderie blanche et broderie d’or) qui étaient vraiment hors de ma zone de confort mais supers pour me donner de nouvelles techniques. Loin du monde de la broderie, il y a quelque temps, j’ai suivi un cours fantastique de fabrication de cuir (@leathercraftworkshopdays). En ce moment j’apprends à fabriquer des bougies par moi-même – et une fois que le confinement sera levé, j’ai l’œil sur une classe géniale en composition florale !

Gold on Gold Burst, broderie à la main, fils et perles sur soie. Montée et encadrée © Copperlight Studio

Qu’avez-vous ressenti lorsque des acteurs majeurs de ce art ont reconnu votre travail (Embroidery Magazine, Hand and Lock, SEW) ?
L’art est tellement subjectif, et j’aimerais dire que peu importe qu’il soit reconnu ou non…. Mais c’est un réel regain de confiance que d’être reconnue par de grandes organisations que j’admire de loin depuis si longtemps ! De la même manière que la communauté Instagram est une plate-forme extrêmement favorable et édifiante. J’ai rencontré tant de gens, j’ai trouvé que ce n’était pas seulement un bon moyen de présenter et de vendre mon travail, mais aussi un endroit vraiment inspirant pour me connecter avec d’autres artistes.

Que faites-vous exactement avec les adultes handicapés avec lesquels vous travaillez ? Comment en êtes-vous arrivé à ce travail ?
Je travaille en tant que facilitatrice artistique, ce qui, avant le Covid, impliquait d’aller dans des centres de jour et de diriger des groupes d’art et de textile où je guidais et où j’aidais les artistes à créer dans tous les médiums – sculpture, peinture et bien sûr beaucoup de textiles ! Depuis un an, je continue ce travail, mais plus sous la forme de groupes qui se retrouvent à la porte des maisons ou dans les jardins, et sous formes d’appels zoom. Honnêtement, cela a été une telle joie que cela m’a aidé à traverser 2020 en un seul morceau !! Quand j’ai quitté mon emploi de développeuse de produits, j’ai commencé à faire du bénévolat pour une organisation caritative appelée Action Space, travaillant dans leurs studios avec des artistes qui avaient des troubles d’apprentissage. Cela m’a tellement inspirée que c’est le travail que je continue à faire aujourd’hui.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples de maisons de couture avec lesquelles vous travaillez et quel type de travail vous faites pour elles ?
Une fois mon diplôme en design textile terminé, j’ai d’abord travaillé pour une petite start-up, puis j’ai passé 4 ans à travailler en tant que développeuse de produits chez Burberry, avant de me concentrer sur la broderie indépendante. J’ai eu la chance que les contacts que j’avais noués pendant mon séjour chez Burberry ont commencé à me demander de revenir pour des travaux de broderie. Ce sont donc mes principaux clients dans la mode. Je travaille principalement sur les vêtements VIP 1 off et pendant la semaine de la mode. Avant ma résolution de 2020 pour essayer d’être une indépendante plus concentrée, j’ai fait beaucoup commission par le biais d’une agence où je pouvais être appelée pour travailler en broderie ou en couture à la main, mais j’essaie de limiter cela maintenant. Je fais toujours des commandes pour les petites marques mais j’essaie d’être un peu plus pointilleuse dans ce que je fais, d’autant que le travail de broderie et le temps qu’il faut peut si souvent être sous-estimé par les clients, ce qui peut conduire à des conversations gênantes et le plus souvent vous vous retrouvez à broder pour le salaire minimum !

Gold on Gold Burst, broderie à la main, fils et perles sur soie. Montée et encadrée © Copperlight Studio
Gold on Gold Burst, broderie à la main, fils et perles sur soie. Montée et encadrée © Copperlight Studio

Quels sont les artistes que vous admirez particulièrement ?
Les 2 brodeuses qui m’ont vraiment appris à me concentrer sur mon propre style d’art sont Stacey Jones (@bystaceyjones) et Emily Botelho (@salt_stitches). Ce sont toutes les deux des artistes incroyables qui repoussent vraiment les limites de la façon dont la broderie est vue dans le monde de l’art. Elles soutiennent aussi d’autres artistes et sont bien présentent dans la communauté. Rachel Rousham (@roushembroidery) est la brodeuse à la machine la plus qualifiée et a créé de beaux masques brodés – j’en ai 2 que je porte quand je veux être en sécurité tout en voulant être chic !!

Site : https://www.copperlightstudio.co.uk/
Compte Instagram: https://www.instagram.com/copperlight_studio/

Le contenu de ce site est accessible gratuitement et n’est pas modifié par de la publicité. Ce travail prend du temps et pour être sûre de pouvoir continuer à faire connaitre nos artistes et l’art de la broderie, j’ai besoin d’un peu d’aide. Si une fois à l’occasion vous pouvez faire un petit don, je vous en serai très reconnaissante ! Merci! Claire

Partager