Emuska – profession Artiste brodeuse

17/12/2020

Utiliser les techniques de la broderie pour exprimer ses émotions, ses envies, sa vision du monde est un concept qui attire de plus en plus d’artistes.

La Suissesse Emuska – Emmanuelle Perriard – a fait le pas il y a quelques années, sans regrets.
Son surnom Emuska, lui vient de son parcours dans la MDC company, école de danse à Neuchâtel (Suisse) et sera choisi pour représenter sa marque.

Interview de Claire de Pourtalès

Opticienne de métier, elle s’intéresse aux métiers d’art en général et découvre un reportage sur Lesage et Lemarié, maisons parisiennes de broderie haute couture et de plumasserie. Elle tombe littéralement amoureuse du geste des brodeuses. Une main sur le métier, une autre en-dessous, cette répétition, ce rythme qui lui correspond profondément, va tout changer pour elle. Après un premier stage à Lunéville, elle commence des cours au gré de ses disponibilités avec Elisabeth Gasbarre Roulleau à Lyon. D’un stage à l’autre, le geste revient, de plus en plus sûr, maîtrisé. « Je savais que je voulais utiliser cette technique, mais je ne savais pas encore comment ». Être exécutante dans un atelier est trop rébarbatif. Il y a une artiste en elle qui demande à s’exprimer !

L’artiste avec Fleur en collier © Emuska
Bijou de Col GreenHer © Emuska

Le métier de bijoutière l’a toujours fasciné et l’associer au métier de brodeuse est devenu une évidence. Nait alors l’idée du Bijou de Col, un concept tout à fait nouveau. L’artiste y mêle tissus, paillettes, perles et points de broderie pour créer un objet décoratif qui stylisera une tenue.

Les organisateurs de la Vancouver Fashion Week remarquent ces bijoux et l’invite à les présenter lors du défilé de mars 2019. Une aventure un peu folle commence. Emuska se retrouve projetée comme directrice artistique et doit ainsi créer les accessoires brodés, les tenues, mais aussi définir le mood makeup et les coiffures.  Pour le son du défilé, elle collabore avec Extrastunden, Jonathan Bürki, sa douce moitié, producteur de musique électronique.

Bijou de Col Mask / Vancouver © Emuska
Bijou de Col Cap / Vancouver © Emuska

“We are Plastic » dénonce une société basée sur la surconsommation et l’hypocrisie. Diverses broderies recouvrent des pièces de plastique transparent peints et représentent des apparats courants tels que cravate, téléphone, masque, capuchon de veste. On retrouve également du papier bulle dans les vêtements. Cette matière devient invasive dans la nature, mais aussi démontre le côté ultra artificiel des relations humaines actuelles et c’est ce que l’artiste veut exprimer.
Cette expérience lui a permis de découvrir quelques créateurs inspirants et de belles énergies, mais aussi de lui faire réaliser que cet univers ne lui correspond pas du tout! Les spot lights et la fake attitude, très peu pour elle.

Ce qui l’intéresse c’est de participer à un mouvement universel qui s’oppose à la consommation de masse, au gâchis des tissus fabriqués en trop et de mettre en avant les métiers de la main, le savoir-faire.
Elle défend un autre rythme, plus naturel, où une robe peut être portée toute une vie, et non pendant une saison, voir juste une soirée ! Chacune de ses créations doit être unique, mais elle aime utiliser des matières qui ont déjà vécu.
On retrouve principalement dans ses tableaux des fils scoubidou, des paillettes en carton, des bouts de ballons, divers emballages, des cheveux, du bois, des câbles métalliques. C’est du upcycling artistique!

L’enchaînement textile / Montage photos brodé – à gauche, la recherche, ci-dessus l’oeuvre terminée, ci-dessous, détails © Emuska

L’artiste est très tactile, la matière est importante pour elle. Même quand elle brode, elle travaille souvent sur des matières épaisses ou opaques qui ne lui permettent pas de voir son travail (la broderie type Lunéville se travaille au crochet sur l’envers du travail en fixant les perles par un point de chaînette). Ses doigts remplacent ses yeux. Elle ne dessine pas avant mais se laisse guider par la matière, les reliefs, les couleurs. « Je ne cherche pas à représenter quelque chose mais à exprimer quelque chose ».
Comme le métier est long à monter, Emuska en profite pour utiliser tout l’espace et travaille souvent en série : cols, boucles d’oreilles, colliers remplissent le petit espace avant d’être découpés et assemblés.

La nature reprend ses droits © Emuska
Fleur © Emuska

Son atelier voit le jour en 2017. La boutique Drôles de dames, alors en situation de réorientation professionnelle, s’intéresse à son travail et lui sous-loue un espace.
Cet été, elle installait même son atelier en extérieur, sur les pavés de la rue du Neubourg et profitait alors des remarques étonnées des passants et des touristes venus des quatre coins de la Suisse visiter la jolie cité.

Les projets d’Emuska sont nombreux. Elle prépare actuellement des exercices et supports de cours pour enseigner cet art car la transmission est un élément important pour elle.

Elle aimerait aussi se remettre à des pièces plus longues qui lui ressemblent, des tableaux brodés, comme celui conçu pour le “Luxembourg art prize” qui dénonce les déboires et excès inhumains de la chaîne textile, des accessoires toujours plus extravagants et colorés.

Récif corallien – masque  (détail) © Emuska
Récif corallien – masque © Emuska
Palais d’insectes © Emuska

Tous les marchés prévus ayant été annulés, elle est sélectionnée par l’équipe du QG centre d’art à La Chaux-de-Fonds pour une vente en ligne d’objets, d’art et de design suisse nommé éditionlimitée.ch.
Enfin, elle espère pouvoir un jour travailler en free-lance pour des ateliers de broderie haute couture, dans la réalisation d’échantillons, un domaine où la créativité est importante.
Bonne chance Emuska !

Visitez son site : https://www.emuska.ch/
Instagram et Facebook

Le contenu de ce site est accessible gratuitement et n’est pas modifié par de la publicité. Ce travail prend du temps et pour être sûre de pouvoir continuer à faire connaitre nos artistes et l’art de la broderie, j’ai besoin d’un peu d’aide. Si une fois à l’occasion vous pouvez faire un petit don, je vous en serai très reconnaissante ! Merci! Claire

Partager