Hanny Newton – l’art du mouvement intérieur

10/10/2021

« Etre artiste c’est en grande partie suivre un chemin de création et de recherche d’une d’expression authentique. »

Photos – © Hanny Newton – photos protégées par copyright – merci
Interview – Claire de Pourtalès

Le contenu de ce site est accessible gratuitement et n’est pas modifié par de la publicité. Ce travail prend du temps et pour être sûre de pouvoir continuer à faire connaitre nos artistes et l’art de la broderie, j’ai besoin d’un peu d’aide. Si une fois à l’occasion vous pouvez faire un petit don, je vous en serai très reconnaissante ! Merci! Claire

Quelle est votre histoire avec la broderie ?
La broderie m’a trouvé quand je m’y attendais le moins. Après avoir abandonné un cursus très académique qui ne me convenait tout simplement pas, j’étais au milieu de plusieurs années sabbatiques, vivant et travaillant dans une communauté aux côtés d’adolescents SEN. C’était un travail très enrichissant, mais très intense, et la broderie était l’équilibre parfait avec une vie bien remplie et plutôt mouvementée. La broderie m’aidait à être ancrée, en me laissant du temps pour moi et mes pensées, et ce fut une véritable révélation de ressentir ce que signifie créer quelque chose – sentir mes idées prendre vie à travers mes doigts. ça me semblait juste. Une amie qui avait étudié l’art m’a fait remarquer que ce n’était pas seulement un passe-temps, que je pouvais pousser ma passion plus loin et aller l’étudier. Ce fut une révélation ! C’est difficile à imaginer maintenant, mais à l’époque, en 2009, ce n’était pas quelque chose que j’avais envisagé, et en fait, je ne connaissais pas beaucoup de gens qui avaient pris un chemin artistique ou créatif. J’étais très excitée quand j’ai découvert que la Royal School of Needlework existait, et j’y ai vraiment jeté mon dévolu, retournant vivre avec ma famille dans le Shropshire et obtenant les qualifications nécessaires pour pouvoir être acceptée. Le cursus se faisait en trois ans quand j’ai commencé là-bas, et il me convenait parfaitement à l’époque – un mélange de compétences artisanales traditionnelles équilibrées avec un espace pour que chacun trouve sa propre voix artistique. Cela a été très formateur pour moi.

Pourquoi ce média ?
J’aime à quel point broder à la main est intime et immédiat – les outils sont magnifiquement simples – juste un petit morceau de métal et vos mains. Il y a quelque chose de vraiment fondamental dans l’acte de broder – le petit mouvement répétitif de haut en bas de l’aiguille et du fil amenant lentement votre imagination à la réalité – c’est quelque chose que vous ne pouvez pas vraiment précipiter, et je trouve cela très fondamental de devoir ralentir à ce rythme (même si je mentirais si je disais qu’il n’y a pas eu de moments où j’aurais aimé voir mes idées se former plus vite qu’elles ne le font !). Cela ressemble tellement à une collaboration entre moi, mon médium choisi, et les fils métalliques, qui ont eux-mêmes leurs propres caractéristiques innées. J’aime la façon dont chaque fil métallique a sa propre personnalité – la façon dont chaque métal capte la lumière, interagit avec différents tissus et les différences subtiles dans la façon dont les fils métalliques bougent en raison de légères variations de tension. Tous les fils que j’utilise sont réalisés à la main par les derniers fabricants britanniques de fils métalliques, ce qui ajoute vraiment à la préciosité pour moi.

Vos études – quel impact ont-elles eu sur vous ?
Mes deux années à la Royal School of Needlework ont ​​été pour moi l’expérience la plus formatrice en termes d’art. J’ai étudié dans le cadre de leur programme de diplôme de base en broderie à la main (qui est depuis devenu un baccalauréat complet), à partir de 2011. Le cours était un excellent mélange d’apprentissage de compétences techniques difficiles avec de l’espace et des encouragements pour trouver votre propre approche créative. Cela m’a ouvert les yeux sur le haut de gamme exquis de l’artisanat – la broderie d’or traditionnelle (entre autres techniques) a vraiment pris vie pour nous dans nos cours de broderie technique où nous avons tellement appris sur la façon de devenir des artisans hautement qualifiés qui pourraient perpétuer le riche héritage de la broderie. Cela a été associé à l’approche plus conceptuelle de nos tuteurs qui nous ont vraiment donné la permission de remettre en question et de pousser comment et pourquoi nous avons utilisé tel point, et de trouver nos propres voix, plutôt que de nous sentir contraints de le faire « correctement ». Cela continue de m’influencer une décennie plus tard – il est vraiment important pour moi de créer un travail bien conçu mais qui utilise la broderie d’une manière qui me semble fidèle à ce que je veux dire à travers mon travail. Cet équilibre entre tradition et innovation reçu à la RSN est toujours très important pour moi.

Pouvez-vous passer une journée sans aiguille?
Plus mon entreprise s’est développée, plus j’ai dû apprendre à équilibrer la broderie avec d’autres domaines de ma pratique, donc tous les jours ne peuvent pas être consacrés spécifiquement à mon art. Mais je suis quelqu’un qui doit toujours bouger les doigts – si je ne brode pas, je tripote probablement quelque chose (en fait, pendant que j’écris ceci, j’ai joué avec un carré de papier, le pliant et le dépliant pour créer différents modèles – je trouve que cela m’aide vraiment à me concentrer). Je pense que l’espace pour la broderie est également important pour le processus créatif – donner du repos à mon cerveau et à mes doigts semble permettre aux idées d’émerger d’une manière ou d’une autre !

Comment/où travaillez-vous ? Êtes-vous une souris ordonnée ou un oiseau chaotique ?
Mon studio est un véritable havre de paix – au début de la pandémie, j’ai déménagé dans ma maison familiale à la campagne à la frontière du Shropshire/Pays de Galles au Royaume-Uni (en fait, la frontière est la rivière qui traverse notre jardin !). Cela a si bien fonctionné que je suis toujours là – je travaille dans une dépendance de deux pièces dans notre jardin. Parfois, mon partenaire me rejoint. Il écrit son doctorat – nous sommes tous les deux des travailleurs assez acharnés et nous nous encourageons mutuellement ! J’aime travailler avec des podcasts et des livres audio pour rester concentrée et essayer de prendre du temps chaque jour pour quelque chose qui me permet d’apprendre ainsi que mes podcasts préférés et plus relaxants. J’apprécie vraiment le fait que ma forme d’art me permette d’effectuer plusieurs tâches à la fois et que je puisse apprendre quelque chose de nouveau pendant que je brode, que ce soit pour ma croissance personnelle ou pour en savoir plus sur la croissance de mon entreprise. Je trouve tellement plus facile de travailler quand les choses sont bien rangées (cela ne veut pas dire que l’ordre est un état naturel pour moi, c’est certainement un muscle que je dois continuer à entraîner !).

Quelle est votre définition d’un artiste ?
Quelqu’un qui se sent obligé de manifester au monde ses idées via le support qui résonne le plus pour lui.

Quel est votre processus créatif ?
Pour moi, chaque pièce ressemble à un tremplin vers la suivante – il y a toujours plus à apprendre, et chaque pièce m’apprend quelque chose de nouveau sur la composition et me rapproche un peu plus de ce que j’essaie de dire avec mon travail. Bien que le dessin me permette d’avoir des idées et de commencer à visualiser à quoi ressemblera une pièce, ce n’est qu’en brodant réellement que ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas devient clair. Le fait de fabriquer, de s’engager dans chaque pièce et de permettre ses succès et ses échecs va influencer ma prochaine pièce. C’est une grande partie de mon processus.

Comment intégrez-vous le temps dans votre vision, la broderie étant un média si chronophage ?
Je travaille mieux quand j’oublie combien de temps les choses prennent et où je suis dans le grand schéma des choses, et à la place je me concentre uniquement sur où je suis en ce moment, et quel est le prochain point ou la prochaine étape. Cependant, je travaille aussi avec des designers, et lorsque je travaille sur des commandes, je dois devenir plus consciente du temps que prennent les choses et de la façon de monnayer ma broderie dans une certaine mesure. J’aime que travailler sur des projets externes me pousse à penser d’une manière que je ne ferais pas avec mon propre travail.

Vous avez beaucoup évolué ces dernières années, comment vous sentez-vous ? Savez-vous où vous allez ou préférez-vous être surprise ?
Je suis toujours impatiente de penser à où je veux aller et à ce que je veux vraiment dire avec mon art. Je suppose que cette question est un bon rappel pour apprécier le chemin parcouru ! Je suis vraiment fière de ce que j’ai accompli jusqu’à présent et il y a tellement plus que je veux accomplir. Même si j’ai une certaine image du travail que je veux faire à l’avenir, j’ai l’impression que le processus d’émergence de chaque pièce point par point est une partie si importante de ma pratique que j’évolue moi-même point par point, et j’espère que ce processus me conduira là où je veux être.

Utilisez-vous d’autres médias ?
Le dessin est un excellent compagnon pour broder – il me permet de sortir des idées de ma tête beaucoup plus rapidement qu’avec la broderie. Je peux visualiser les possibilités de ligne et de mouvement plus rapidement qu’avec le point – c’est une chose d’imaginer à quoi peut ressembler quelque chose, mais le voir avec un stylo ou un crayon aide vraiment. Il y a eu des moments où j’ai commencé de nouveaux travaux où j’ai rempli des carnets de croquis, faisant sortir ce que j’essaie de dire avec une ligne de ma tête à la page. Cependant, je ne le fais pas toujours, c’est quelque chose dans lequel je puise. Je n’ai jamais eu l’impression qu’un dessin à lui seul dise ce que je veux – il y a quelque chose dans la broderie et les fils métalliques qui m’y ramène toujours !

Vous travaillez avec « la ligne » et l’idée de faire une chose à partir de plusieurs. Pensez-vous que vos œuvres récentes sont une véritable expression de votre pensée ?
L’authenticité est quelque chose à laquelle je pense beaucoup – il y a eu des moments dans ma vie où j’ai eu l’impression d’avoir joué, dans une certaine mesure, une version de ce que je pense que moi et/ou les autres attendent de moi. À vrai dire, je sens qu’avec mon travail en ce moment il s’agit de déterminer ce qui est vrai point par point, pièce par pièce, et de permettre que ce soit un processus. Etre artiste c’est en grande partie suivre un chemin de création et de recherche d’une d’expression authentique.

Pourquoi enseignez-vous ? Travaillez-vous votre art différemment en raison de votre expérience d’enseignement ?
Je suis tellement reconnaissante de pouvoir enseigner dans le cadre de mon entreprise créative. Au fil des ans, j’ai développé ma propre approche créative des cours de broderie d’or, et j’aime que l’enseignement me permette de partager avec les autres la force que je ressens en me donnant la permission de créer mes propres règles et de trouver des techniques qui fonctionnent pour chaque individu. Enseigner m’aide vraiment à continuer à remettre en question et à pousser plus loin. Cette année, j’ai commencé à enseigner mes ateliers via mon site Web, et à proposer des exercices, des façons de décomposer la technique. Je trouve très intéressant de pouvoir me mettre à la place de quelqu’un qui rencontre la broderie d’or pour la première fois. C’est un si bon rappel pour moi de décomposer les choses et de toujours me demander comment et pourquoi j’utilise cette technique.

Des artistes que vous admirez, des comptes de broderie que vous aimeriez partager ?
Clémentine Brandibas m’intéresse vraiment – sa belle et délicate utilisation du point et des plumes pour capturer le mouvement est vraiment inspirante !

Les incroyables sculptures de Simone Pheulpin créées à partir de plis de tissu complexes m’ont vraiment époustouflées lorsque je les ai découvertes pour la première fois. J’aime la façon dont elle pousse vraiment une technique pour créer quelque chose de beau et de vraiment unique. (… le fait que les personnes ci-dessus soient toutes les deux françaises est une pure coïncidence – il se trouve que je pense qu’elles sont toutes les deux incroyables !)

Site internet : www.hannynewton.co.uk
Instagram : @hannynewton

Partager