Lizzy Pye – La passion de transmettre

26/06/2021

« Il y a deux choses que j’aime le plus dans ce que je fais – la broderie elle-même et l’enseignement à mes élèves. »
Lizzy Pye est une brodeuse professionnelle Anglaise, professeure à la Royal School of Needlework (Londres). Elle l’enseigne, en vit, écrit des livres à son sujet et crée de merveilleux motifs (nous en vendons 2 en français sur ce site).

Photos – © Lizzy Pye – photos protégées par copyright – merci
Interview – Claire de Pourtalès


Le contenu de ce site est accessible gratuitement et n’est pas modifié par de la publicité. Ce travail prend du temps et pour être sûre de pouvoir continuer à faire connaitre nos artistes et l’art de la broderie, j’ai besoin d’un peu d’aide. Si une fois à l’occasion vous pouvez faire un petit don, je vous en serai très reconnaissante ! Merci! Claire

Panda géant – passé empiétant en laine (crewel) © Laurelin
Travail de conservation © Laurelin

« Je travaille les textiles d’une manière ou d’une autre depuis aussi longtemps que je me souvienne ». Enfant, Lizzy adorait fabriquer des bracelets d’amitié («  Je les vois encore : des tas de fils de coton transformés en jolis motifs dans de nombreux thèmes de couleurs « ), des jouets et des vêtements. Plus tard, sa grand-mère lui a appris à tricoter et à crocheter. Puis la trilogie Le Seigneur des Anneaux est sortie sur les écrans et ce monde avec leurs costumes incroyables est devenu « un peu une de mes obsessions ». Elle voulait travailler dans cette ligne et a même fait un stage dans le département des costumes du Royal Opera House. Mais « ce n’était pas mon chemin à la fin, car il s’avère que j’ai beaucoup plus envie d’enseigner que de travailler dans ce monde compétitif et précipité du costume! »
 » Je pense que le désir d’enseigner m’a accompagné toute ma vie. J’étais l’enfant qui aidait les autres à apprendre, qui était toujours poussée à apprendre de nouvelles choses elle-même. Je ne pourrais pas briser l’habitude d’enseigner si je le voulais. Donc, de cette façon, mes compétences m’ont dit que je pouvais donner des cours professionnels. Dès le départ, j’avais le pressentiment que je serais bonne en broderie technique. »

En 2009, après avoir obtenu son diplôme avec Distinction du programme RSN Apprentice, elle a créé sa propre entreprise et voulait un nom qui n’avait aucun rapport avec le sien car elle ne se sentait pas assez en confiance pour l’utiliser. Le Seigneur des Anneaux est venu à la rescousse et Laurelin est née (Laurelin est l’un des deux Arbres de Valinor).

Poinsettia en stumpwork (en relief), kit de Laurelin © Laurelin
Broderie d’or © Laurelin

En tant que tuteur RSN, Lizzy peut enseigner toutes sortes de techniques comme la broderie Crewel (en laine), la broderie blanche, la broderie d’or, etc. Mais il y en a une qui suscite des sentiments mitigés : la broderie noire. Elle n’aimait pas vraiment la broder comme on lui a appris (créer une image en dégradé) mais elle admet aimer l’enseigner – « maintenant, quand je conçois la broderie noire, je choisis les points et une méthode de travail modernes, avec quelque chose de l’esprit d’un travail plus historique. »
Elle est toujours avide d’en savoir plus et aimerait «  approfondir la broderie d’or historique «  par exemple. Et elle a aussi tout le matériel pour la dentelle aux fuseaux «  qui attend que je prenne ma retraite !  »
Comme beaucoup de brodeuses, elle est perfectionniste. Mais elle trouve que laisser des erreurs peut en fait enseigner à les éviter par la suite :  » Ma devise est  » laissez-la et apprenez-en  » parce que vous apprendrez plus d’une erreur que vous pouvez toujours voir que d’une erreur que vous avez rectifiée. Bien sûr, il faut parfois défaire – je ne laisse certainement pas d’erreur dans le travail pour un client – mais quand vous apprenez, c’est tellement encourageant de voir l’amélioration de vos compétences. »

Je demande souvent aux artistes à quoi ressemble leur atelier. Quand elle brode, Lizzy essaie d’avoir un endroit bien rangé, avec juste les outils, les fils et les livres dont elle a besoin pour le projet en cours. Mais une autre partie de son activité comporte un aspect plus désordonné : faire des kits, emballer les commandes, suivre les stocks et la comptabilité. Le studio a alors tendance à être assez encombré.
Travaille-t-elle en musique ou en silence ? «  J’ai l’esprit terriblement occupé, alors parfois je vais simplement travailler en silence et me déconnecter pendant que je brode. D’autres fois, je veux noyer ma liste mentale des choses à faire, vous me trouverez donc en train d’écouter des podcasts, généralement sur la science – je suis fascinée par la médecine et la psychologie. »

A l’atelier © Laurelin

En 2012, Lizzy a publié son premier livre sur la broderie, RSN Essential Stitch Guide: Whitework. La RSN possède toute une collection sur différentes techniques, chaque livre étant écrit par l’un de leurs tuteurs. En 2020, elle publie son deuxième livre, Goldwork Embroidery, Techniques and Projects. Elle a travaillé avec deux éditeurs dans une perspective très différente : « Les deux livres que j’ai écrits jusqu’à présent étaient des expériences totalement différentes, conduites par des éditeurs avec des approches différentes. Mon livre RSN Essential Stitch Guide: Whitework a été très bien défini par l’éditeur et la Royal School of Needlework, ce qui en fait, dans l’ensemble, un livre très soigné et concis. J’ai eu beaucoup de plaisir à l’écrire et à travailler avec l’équipe de Search Press, qui est experte dans son métier et agréable à côtoyer. C’était une belle collaboration, que j’ai beaucoup aimée. En revanche,Goldwork Embroidery, Techniques and Projects avec Crowood Press a été une aventure. C’était beaucoup plus de travail de ma part, mais c’est aussi un livre plus long et plus détaillé. J’avais un contrôle plus créatif sur le contenu, donc le facteur limitant était mon propre temps plutôt que les contraintes de publication. C’était un vrai combat de savoir quand s’arrêter – à part le fait que j’avais dépassé mon délai deux fois (j’ai eu un bébé à mi-chemin du processus). Je pense que j’ai un autre livre en moi, mais qui sait quand cela pourrait arriver. »
Elle trouve qu’il est facile et rapide d’écrire ses instructions – après tout, c’est une vraie pédagogue – mais créer un livre entier était à la fois très long et épuisant ainsi que gratifiant. « J’aime l’idée que mes livres puissent atteindre des gens qui ne viendront jamais me voir pour un cours, et ils pourraient aider quelqu’un dans son propre parcours de broderie. »

Sur son site internet, elle propose des fournitures de broderie qu’elle trouve principalement au Royaume-Uni (sergé de lin écossais, fils de métal anglais, etc.). Elle propose également les mêmes outils qu’elle utilise ainsi que des tissus difficiles à trouver.  » Une bonne partie des produits que je stocke sont fabriqués par des producteurs indépendants, certains grands et d’autres petits. L’un de mes produits préférés est la laine crewel Renaissance Dyeing qui est teinte à la main par un couple dans le sud de la France, à l’aide de teintures entièrement naturelles. »

Nénuphar à la Broderie blanche © Laurelin
Cours en ligne – fabrication de boîtes © Laurelin

Avec la pandémie, il n’y avait plus de cours directs possibles et comme beaucoup d’autres enseignants, Lizzy a dû s’habituer aux cours en ligne :  » L’enseignement en ligne a ouvert le monde de la broderie à un public que je n’aurais jamais pensé atteindre. Cela m’a permis d’enseigner des techniques plus avancées dans un délai abordable, ce que je n’avais pas pensé possible. Avant mon premier cours en ligne, j’étais tellement nerveuse – mon plan pour les horaires fonctionnerait-il ? Les élèves pourraient-ils voir ce que je faisais ? Serions-nous détendus et aurons-nous des conversations intéressantes comme nous le faisons en classe ? La réponse à toutes ces questions était oui ! En fait, par certains côtés, mes étudiants peuvent voir davantage ce que je fais car je peux filmer très près de mes mains. Je peux également enregistrer une vidéo afin qu’elle puisse être vue après les cours. La salle de classe virtuelle est tout aussi conviviale et accueillante que la version en studio – après tout, ce sont les gens et non les murs qui font la classe. Cela a été une occasion fantastique et je continuerai à enseigner en ligne après notre retour à la normale. »

Elle a quelques projets secrets en attente pour les prochains mois. Elle vient de terminer un projet de broderie blanche pour la Guilde de broderie d’Amérique (cours pour 2022). Elle crée également un Goldwork Club (septembre) et travaille sur un projet de broderie d’or pour cela, etc. Elle a trop d’idées et pas assez de temps pour toutes ! Elle est également impatiente de transmettre son héritage familial à son fils qui demande déjà de broder avec elle.

Son site internet
Son compte Instagram
Modèles traduits en Français disponibles sur notre site – Couronne de Noël (broderie au ruban) et Gecko (broderie noire)

Une chauve-souris en stumpwork © Laurelin
Le plaisir de trouver son livre en librairie ! © Laurelin
Une page de son livre Goldwork Embroidery, Techniques and Projects © Laurelin

Partager