Mereix – Broderie et commerce équitable

21/05/2021

Connaissez-vous Meirex ? Silvia, sa créatrice, s’est récemment lancée dans le commerce équitable et vend des sacs décorés de broderies mexicaines. J’ai voulu en savoir plus, et je lui ai envoyé quelques questions. Voici ses réponses.

Photos – © Meirex – photos protégées par copyright – merci
Interview – Claire de Pourtalès

Coussin Hidalgo © Meirex
Grand sac (tote bag) aux motifs Chiapas © Meirex

Origine et formation

Je suis originaire de Toluca, une ville proche de Mexico. C’est là que mon père a grandi, mais ma mère était originaire d’une petite ville proche appelée San-Pedro-Totoltepec, où ils ont décidé de vivre lorsqu’ils se sont mariés. J’ai grandi dans cette petite ville, où les parents de ma mère avaient une ferme. Tous deux venaient de familles pauvres et travaillaient depuis leur plus jeune âge, élevant des animaux et vendant les produits de la ferme. Ma grand-mère a des racines autochtones. Elle avait l’habitude de broder quand elle était jeune mais a cessé de le faire faute de temps.

Mes parents voulaient nous donner une bonne éducation. Nous avons donc postulé dans une excellente université au Mexique (Tecnologico de Monterrey), qui a un campus à Toluca. Ma sœur et moi avons réussi à obtenir une bourse d’études au lycée et à l’université. J’ai obtenu mon diplôme d’ingénieur industriel en 2012 et j’ai décidé de m’installer à Mexico pour trouver de meilleures opportunités professionnelles. J’ai travaillé pendant 2 ans en tant que Planificatrice pour la marque française Sephora. Cependant, je voulais aussi avoir l’expérience de vivre à l’étranger, car j’en avais eu un avant-goût pendant les 6 mois passés en France dans le cadre d’un échange Erasmus au collège.

Je rêvais aussi d’obtenir un Master. C’est la raison pour laquelle je suis venu en Irlande, car ce pays avait le programme que je recherchais et m’a permis de travailler pendant que j’étudiais. J’ai déménagé ici en 2016 et j’ai travaillé comme serveuse et réceptionniste pendant un an pendant que j’économisais de l’argent pour payer mon diplôme.

J’ai obtenu mon diplôme en 2018 en Gestion des approvisionnements internationaux du Griffith College Dublin et j’ai commencé à travailler dans une société pharmaceutique en tant qu’analyste principale.
Mais une nouvelle fois, j’ai ressenti que même si j’étais reconnaissante d’avoir un travail, il me manquait quelque chose. Je dois dire que j’ai toujours voulu avoir ma propre entreprise, probablement parce que je viens d’une famille d’entrepreneurs. Je ne savais pas qu’un seul voyage au Mexique m’ouvrirait les yeux et me permettrait de découvrir ce que je voulais faire de ma vie.

 

Découverte de la broderie
C’était en 2019, lorsque, dans le cadre de mes vacances de Noël habituelles au Mexique avec ma famille, j’ai décidé de voyager avec mon partenaire irlandais pour lui montrer les beaux endroits de mon pays. Au cours de ce voyage, nous avons visité quelques communautés autochtones, où l’artisanat est leur principale source de revenus. Se promener dans les marchés où l’on pouvait trouver partout de beaux objets artisanaux a été une révélation pour moi. Tout s’est mis en place, de ma grand-mère aux racines autochtones à mon père travaillant pendant des années dans une association gouvernementale qui promouvait les droits des communautés autochtones. À ce moment-là, j’ai su que c’était ma mission, tout cela avait du sens pour moi !

Je savais que c’était mon but dans la vie, apporter un petit bout du Mexique dans ma deuxième maison tout en soutenant les petites communautés qui vivent de l’artisanat. Cela m’a inspiré à venir avec un nom qui avait un sens, une fusion des deux cultures – MÉIREX (Le Mexique en Irlande – l’Irlande est aussi connue sous le nom d’Eire).

 

Silvia (à gauche) et Sabina, à Toluca © Meirex
Tissage de la laine, Tenango © Meirex

De retour en Irlande début 2020, j’ai réservé mes vols pour le Mexique en mars avec l’idée de retourner sur les marchés et d’entrer en contact avec certains artisans. Je ne savais pas que mes plans allaient être bouleversé par le COVID et que mes vols seraient annulés. Cependant, j’étais tout à fait sûre que je voulais aller de l’avant avec mon entreprise, alors j’ai décidé de chercher des artisans en ligne. Les technologies de la communication sont difficiles à obtenir pour ces communautés. Mais, pour de nombreux artisans, il n’y avait tout simplement pas le choix. Ils ont dû créer une présence en ligne car les lieux où ils vendaient habituellement étaient fermés et ils n’avaient plus aucun revenu. Ceux qui avaient des enfants étaient plus chanceux! Plus habitués à la technologie ils ont pu les aider à créer leurs pages Facebook.

Pour moi, cela a été très utile car j’ai pu ainsi contacter les artisans avec lesquels je travaille maintenant. J’ai dû faire beaucoup de recherches car je ne savais pas avec quels produits je voulais commencer. Je n’étais pas très familier avec tous les beaux objets artisanaux disponibles. Chaque région a quelque chose de différent, que ce soit dans les techniques ou les matériaux utilisés, le style, etc.

Finalement, j’ai senti que la broderie pouvait être la meilleure ambassadrice de la culture mexicaine. Elle dépeint l’histoire d’une communauté et l’histoire des artisans qui les réalisent. Cela les rend uniques. Je crois aussi qu’à travers les broderies (les fleurs étant un motif récurrent), le lien entre les deux cultures était plus facile à percevoir.

Après avoir décidé des produits que je voulais importer, j’ai eu le défi de la logistique, qui était probablement la partie la plus complexe. L’entreprise est en Irlande et ma mère est mes yeux au Mexique, car c’est elle qui est chargée d’envoyer les produits en Irlande.
Mon premier paquet a été envoyé en mai, lorsque tous les produits étaient prêts pour aller en Irlande, mais malheureusement, le service postal en Irlande a été fermé et cet premier envoi a mis 4 mois à arriver. En guise de plan de secours, j’avais un second paquet qui devait être envoyé par un service postal privé, bien sûr à un prix plus élevé, mais ce sont ces produits qui m’ont permis de démarrer l’entreprise.

Le site Web a été lancé officiellement en juillet 2020, et depuis lors, c’est la meilleure expérience de ma vie. Cela a été difficile à bien des égards, car mon expérience est davantage liée à l’ingénierie et aux chiffres. Créer une entreprise n’a pas été facile : j’ai dû me renseigner sur la gestion d’entreprise, le marketing, les ventes et bien d’autres choses.
Cette aventure a été une montagne russe, je ne vais pas le cacher, mais j’aime ce que je fais, car pour moi, cela signifie aider mon peuple en montrant quelque chose de différent de ce pays à celui qui est devenu ma deuxième maison ces dernières années. Cela a été difficile, car je suis entrée dans un marché complètement nouveau, et personne n’avais déjà fait quelque chose de similaire. Les Irlandais connaissent le Mexique, mais principalement pour sa gastronomie et ses lieux touristiques comme Cancun. J’adore fournir des informations sur mon pays à travers les produits que je vends. J’aime aussi en apprendre davantage sur ma propre culture.

Je suis influencée par le goût irlandais ;  je pense qu’il y a beaucoup de similitudes entre l’Irlande et le Mexique. Les Irlandais aiment les couleurs, même si la majorité ne s’habille pas de façon éclatante. Pendant l’été, le pays est couvert des fleurs les plus colorées. De plus, les gens sont très accueillants envers les autres cultures, ils aiment apprendre la culture latino-américaine car ils aiment notre singularité et nos traditions.

Huipil, Tacuate © Meirex
Technique « brocade » © Meirex

Travailler avec les brodeuses
Jusqu’à présent, il a été très facile de travailler avec les artisans. Bien sûr, la distance a joué un rôle majeur car je n’ai pas pu tous les rencontrer. Mais c’est mon objectif lorsque les voyages seront autorisés. Je veux les connaître en personne pour créer une relation plus étroite car nous travaillerons ensemble pendant longtemps (espérons-le).
La nouvelle chose que j’ai apprise est d’être patiente. Cela a été un excellent apprentissage, car je venais d’un environnement en évolution rapide. Mais depuis que j’ai commencé à travailler avec ces artisans, en particulier avec ceux de Tenango, j’ai appris que chaque processus prend du temps. Comme Rosmeri (l’artisan de Tenango-de-Doria) m’a dit une fois: « Souvenez-vous que nos processus sont lents. Une personne brode un coussin en au moins 4 jours, mais la broderie n’est pas la seule étape du processus. Le tissu doit être brodé, puis lavé et repassé avant d’être cousu sur la partie arrière du coussin. »

Toutes ces choses m’ont aidé à changer mes attentes au fil du temps. Cela me permet de créer un lien avec les pièces que je vends. Pour moi, chaque sac, chaque coussin et chaque chemin de table sont spéciaux, peut-être parce que je sais quelle est l’histoire derrière chacun d’eux, et c’est ce que j’essaie de transmettre à mes clients. Le plus important pour moi est de reconnaître et de récompenser les personnes qui ont laissé leur héritage culturel, leur amour et leur histoire personnelle être représentés à travers les broderies ou les dessins qu’ils créent.
Les artisans fournissent tout le matériel, ils se procurent tout au sein de leur communauté et la plupart d’entre eux utilisent des produits naturels même pour teindre les tissus.

Techniques et traditions mexicaines de broderie
Les différences entre les régions sont énormes, notamment en termes de symbolisme. Partout, la broderie ou le tissage est une représentation symbolique de l’identité culturelle et spirituelle.
Par exemple, au Chiapas, la broderie la plus populaire est réalisée à l’aide d’une machine à pédales pour créer différents motifs, principalement des fleurs. Elles font partie de la culture maya et leurs dessins sont basés sur les environs de la région, car le Chiapas possède la plus grande diversité de flore et de faune du pays.

Pochette brodée selon la technique « brocade » de Chiapas © Meirex
Métier à bras, région de Chiapas © Meirex

La technique du métier à tisser à bras est utilisée pour tisser des toiles de différentes couleurs. Nous l’utilisons pour fabriquer des sacs fourre-tout (tote bag). Le brocart est la principale technique de décoration. Au fur et à mesure que l’artisan tisse, elle ajoute un autre fil, ce qui crée un motif légèrement en relief sur la surface de la toile. Pour ce type de décoration, les motifs principaux sont les diamants, les étoiles, les grenouilles, etc. Cette technique est surtout utilisée par les femmes, qui s’assoient par terre ou sur une chaise pour travailler.

A Oaxaca, il est plus courant de trouver la technique du métier à pédales pour tisser une laine typique de cette région. Il est utilisé depuis des siècles dans la culture Zapotèque. Leur matière principale est la laine, mais certaines communautés utilisent le coton.
La laine provient de leurs propres communautés. Il y a des artisans qui ont leurs fermes et élèvent des moutons. Pour teindre la laine, la plupart d’entre eux utilisent des couleurs naturelles d’origine locale. Les dessins traditionnels sont basés sur des motifs pré-hispaniques appelés «grecas», ou encore le diamant zapotèque.

La broderie Tenango est de loin ma préférée. Sa complexité et ses dessins sont la partie la plus intéressante. Dans les années 60, la communauté a traversé une grave sécheresse et elle a souffert pendant de nombreuses années car sa source de revenus était compromise. C’est alors que les femmes et les hommes ont commencé à broder plus que ce dont ils avaient besoin pour leur propre usage, vendant leurs pièces pour avoir un revenu supplémentaire. Grâce à cela, ce type de broderie est devenu l’un des plus populaires au niveau international. Les motifs principaux sont inspirés des créatures mythologiques de la culture Otomi (Tenango-de-Doria appartient à la culture Otomi), de la flore et de la faune de la région. Les couleurs choisies sont le reflet de l’humeur de l’artisan.

Broderies de Tenango © Meirex

En fait, je ne broder pas moi-même, mais j’aime découvrir les différentes techniques et les matériaux utilisés pour la broderie. Mes points préférés sont le «pepenado fruncido» de San-Pablo-Tijaltepec et la broderie San Antonino de San-Antonino-Castillo-Velasco, tous deux originaires d’Oaxaca. Ces techniques sont utilisées pour des vêtements comme des hauts ou des robes. La technique, le niveau de détails et la complexité sont ce qui les rend absolument magnifiques.
L’entreprise se porte très bien, je suis surprise mais très contente de l’accueil qu’elle a reçu. Je peux voir l’intérêt des Irlandais pour en savoir plus sur nos traditions et les gens qui sont derrière les produits que je vends.
Cela me rend heureuse de pouvoir aider des familles qui traversent actuellement des moments difficiles. Si je pouvais, j’achèterais tout ce qu’ils font. Mais cette entreprise est encore petite, je dois donc être très sélective avec les choses que je propose à la vente.

Avant, à peu près tout était vendu dans le pays, mais au cours des dernières années, le marché s’est développé à l’international, ce qui a poussé les artisans à essayer de s’y adapter. Le choix des couleurs peut être délicat, mais j’ai l’impression que les Irlandais leur sont ouverts. Néanmoins, j’ai demandé aux artisans de faire les coussins Hidalgo en une seule couleur, juste au cas où.
La plupart du temps, les dessins sont réalisés par les artisans, car ils représentent leur environnement, leurs traditions, ce qu’ils ressentent, etc. Tous les artisans sont vraiment heureux de vendre leurs produits si loin. Cela leur a donné l’envie d’être ouverts pour adapter leurs créations au marché. Par exemple, les sacs en laine d’Oaxaca ont été conçus entre Eli, l’artisan, et moi. Elle m’a laissé choisir les couleurs et certaines combinaisons dont j’avais besoin pour le marché irlandais. Mais je respecte toujours les significations et les symboles de la culture zapotèque.

Création en laine © Meirex
Points de San Antonino © NGO Impacto

J’avais l’intention d’avoir un stand sur les marchés de Noël, tout était réglé, mais quand la deuxième vague de COVID a frappé l’Irlande, tous les marchés et magasins ont été fermés. Cela m’a laissé une seule option, vendre en ligne. Les choses sont toujours fermées, donc c’est difficile cette année d’avoir la portée que j’espérais pour MÉIREX.
À l’avenir, j’aimerais avoir un magasin ou bien vendre sur les marchés pour que les gens aient la chance de voir les produits de leurs propres yeux. Parfois, il est difficile de saisir les petits détails ou les couleurs en photo.

Technique « brocade » © Meirex

Une anecdote ?

Eh bien, j’en ai beaucoup, mais je pense que celle qui m’a vraiment touchée était de notre artisane Sabina. Elle est de la communauté Mazahua, qui est située dans ma région. Je l’ai trouvée par pur hasard, quand j’étais à la maison en novembre 2020 pour les célébrations du Jour des Morts. Je passais dans le marché pour acheter des fleurs avec ma mère et nous l’avons vue vendre ses objets artisanaux dans la rue. Parmi ses produits, il y avait de beaux chemins de table dont je suis tout de suite tombée amoureuse. J’ai décidé de n’en acheter que quelques-uns ce jour-là. Nous avons convenu de nous revoir 2 semaines plus tard pour acheter davantage de ces chemins de table. Quand je suis revenu, elle ne pouvait pas y croire. Son visage a complètement changé et elle était très contente de me voir. Elle m’a avoué que beaucoup de gens disent qu’ils reviendraient, mais ne le faisaient jamais. Je lui ai acheté beaucoup de choses, y compris des chemins de table, des ceintures, des bandeaux et des masques. Elle n’arrivait pas à y croire, personne ne lui avait jamais acheté autant. Elle était très heureuse mais a caché sa joie (certaines communautés ne sont pas très expressives, cela fait partie de leur culture). Elle m’a dit qu’elle n’avait pas vendu une seule chose ce jour-là, ce qui m’a brisé le cœur et même maintenant, j’ai la chair de poule quand je me souviens de cette histoire.

Sac Oaxaca © Meirex
Grand sac Chiapas © Meirex

Le contenu de ce site est accessible gratuitement et n’est pas modifié par de la publicité. Ce travail prend du temps et pour être sûre de pouvoir continuer à faire connaitre nos artistes et l’art de la broderie, j’ai besoin d’un peu d’aide. Si une fois à l’occasion vous pouvez faire un petit don, je vous en serai très reconnaissante ! Merci! Claire

Partager