Une brodeuse vraiment passionnée – Dima S.

09/03/2021

Il existe une jeune brodeuse au Canada bien décidée à maitriser toutes les techniques de broderie possible – elle partage ses découvertes et ses efforts sur son blog mais j’ai pensé qu’une petite interview nous en apprendrait beaucoup sur cette brodeuse passionnée.
A la fin de l’article, retrouvez de très nombreuses références de livres, professeurs et cours de broderie!

Photos – © Dima Santina – photos protégées par copyright – merci
Interview – Claire de Pourtalès

Blog de Dima
Compte Instagram

Stage chez Lesage pendant un voyage organisé par French Needle © Dima Santina
199x, première broderie © Dima Santina

D’où venez-vous ? Y a-t-il des choses spéciales dans votre enfance qui auraient pu être à l’origine de cette passion ?
Je suis libanaise et ma famille a immigré au Canada quand j’étais très jeune. J’avais environ 13 ans la première fois que j’ai brodé quoi que ce soit. Il y avait un magasin de couture dans l’un des centres commerciaux locaux et je louchais sur les kits de point de croix. J’ai longuement supplié ma mère, qui a finalement cédé et m’a offert un kit à essayer. Elle m’a montré les bases et je me suis lancée. J’ai tout de suite apprécié la broderie et j’ai encore cette pièce aujourd’hui. Elle comporte de nombreuses erreurs, mais nous commençons tous quelque part.
À part ce kit, je n’ai eu aucune autre expérience de la broderie dans mon enfance. Cela n’a jamais été quelque chose que ma mère a encouragé car j’ai une mauvaise vue.

Plus tard, j’ai appris que j’avais hérité du bug de brodeuse de ma grand-mère. Cela a sauté une génération car ni ma mère ni ma tante ne l’ont jamais appris, malgré les nombreux efforts de ma grand-mère pour leur enseigner.
Nous n’avons pas grandi près de ma grand-mère, elle vivait à l’autre bout de la Terre et nous l’avons perdue pendant mes années à l’université. Elle ne m’a jamais vu grandir et apprendre cette compétence qu’elle aimait suffisamment pour vouloir la transmettre, et j’ai l’impression d’avoir raté l’occasion d’apprendre d’elle.
Avance rapide sur plusieurs années, je venais juste de terminer mes études universitaires et de décrocher mon premier emploi. Mon cerveau était tellement habitué à être occupé par les études, les devoirs, etc. que j’avais du mal à dormir et à me détendre. Je me suis souvenue à quel point j’aimais la broderie et j’ai décidé d’acheter mon deuxième kit. C’était en 2010 et je n’ai plus jamais arrêté depuis.

Qu’est-ce que la broderie pour vous? Combien de temps y consacrez-vous?
J’ai un diplôme en ingénierie informatique. J’ai commencé dans le développement, mais je suis maintenant plus du côté de la gestion. La plupart de mon temps de broderie est le week-end. Selon ma journée, je passe aussi 30 minutes à une heure pendant la soirée à broder. En semaine, ce sera une broderie à points comptés car cela m’aide à me détendre, je laisse les projets les plus compliqués pour le week-end.
J’approche la broderie de la même manière que j’aborde mon propre travail. Je me fixe un objectif en début de week-end, puis je « l’exécute ». Certains week-ends sont plus productifs que d’autres, et ce n’est pas grave.
La broderie a commencé comme un passe-temps pour m’aider à me détendre mais c’est plus une obsession maintenant, je la cherche partout. J’aime vraiment apprendre différentes techniques et améliorer mes compétences. Vous seriez surpris de la facilité avec laquelle les compétences sont transférables d’une technique à l’autre.

2014 – Modèle de Susan Portra, Esprit du Sud-Ouest, canvas © Dima Santina
2020 – Modèle d’Hazel Blomkamp, Pensées de minuit, broderie traditionnelle (crewel) © Dima Santina

Comment choisissez-vous vos pièces?
Au début, j’ai acheté de nombreux modèles de point de croix, j’ai toujours été attirée par des modèles complexes comme ceux de Teresa Wentzler. Au cours des dernières années, au fur et à mesure que j’ai appris différentes techniques, je suis devenu plus sélective sur les kits que j’achète. C’était très difficile pour moi d’assister à des cours car je travaillais à plein temps, donc les kits et les livres étaient le meilleur moyen pour moi d’apprendre et de constituer ma réserve. Aujourd’hui, chaque pièce est choisie soit pour m’apprendre quelque chose de nouveau soit pour améliorer une technique ou essayer un nouveau matériau. J’achète encore occasionnellement un kit simplement parce qu’il est joli. Je dois cependant faire très attention, sinon je dépenserais tout mon argent! Il y a tellement de belles choses à faire!

Qu’est-ce que l’EGA?
L’EGA est la Embroiderers’ Guild of America. L’équivalent au Canada serait l’EAC, Association des brodeurs du Canada. Toutes deux se consacrent à l’étude, à la préservation et à la promotion des arts de l’aiguille. Vous pouvez être membre à part entière (les membres internationaux sont acceptés) ou rejoindre une section / guilde locale. C’est un très grand réseau de brodeurs, de designers, d’enseignants de tous niveaux et vous rencontrez des gens de tout le pays. Ils offrent des cours et il y a un séminaire national organisé chaque année hébergé à tour de rôle par les guildes locales. Il y a d’autres avantages, mais pour moi, le plus important était la possibilité d’apprendre avec d’autres membres plus expérimentés. J’avais un projet au travail qui nécessitait des déplacements (avant le COVID) et j’ai découvert que j’étais en mesure de rencontrer des membres de l’EAC dans chaque province que j’ai visitée. J’ai trouvé que lorsque les brodeurs se rencontrent, nous ne sommes pas étrangers les uns aux autres et nous devenons rapidement des amis.

2017 – Modèle du JEC, Broderie de perles japonaises, phase 1 © Dima Santina
2017 – Modèle du magazine Guiliana Ricama, Broderie blanche italienne – © Dima Santina

Quels sont vos projets avec la broderie? L’enseignerez-vous un jour?
Pour le moment, j’aime apprendre et maîtriser les techniques. Je pense que j’aimerais enseigner un jour. En Amérique du Nord, de nombreuses classes sont basées sur le dessin. L’enseignant crée un dessin et l’enseigne ensuite. Je préfère de loin enseigner les techniques. J’aimerais concevoir mes propres pièces un jour, mais plus pour améliorer mes compétences en dessin. Je suis assez mal à l’aise pour choisir les couleurs et j’ai besoin de travailler là-dessus. Je suis également en train de suivre le programme du Japanese Embroidery Center, alors peut-être que je l’enseignerai un jour.
Pour l’instant, je suis heureuse de coacher les filles de mon amie et de partager mon amour de la broderie sur les réseaux sociaux, en répondant aux questions et en encadrant les brodeurs débutants.

Pourquoi avez-vous choisi de partager ce voyage à travers un blog?
Quand j’ai commencé le point de croix en 2010, j’ai passé beaucoup de temps à lire d’autres blogs de brodeurs et les échanges sur les forums. C’était un moyen pour moi de me permettre d’apprendre de l’expérience d’autres brodeurs.
Environ un an plus tard, j’ai décidé de créer mon propre blog pour documenter mon parcours. J’écris le contenu que j’aimerais voir sur Internet si je cherchais des informations sur des modèles, des kits ou des techniques. Je suis sur Instagram maintenant, mais vous ne pouvez pas donner le même niveau de détail que vous pouvez sur un blog, alors je continue à l’éditer. J’essaye de poster au moins une fois par semaine. C’est vraiment un journal et si ça aide quelqu’un, c’est encore mieux!

2017 – Modèle de Becky Hogg, Renard, Broderie d’or © Dima Santina
2015 – Modèle de Deborah Love, Eidelweiss, Schwalm © Dima Santina

Qu’entendez-vous par «projet pour kit» sur votre blog?
Je devrais vraiment nettoyer cette section. Cette liste est principalement constituée de modèles de point de croix que j’ai achetés lorsque je ne faisais que du point de croix. Le point de croix peut être acheté sous forme de kits, mais il y en a beaucoup d’autres qui ne sont livrés qu’avec le motif / les instructions, mais pas de matériel. « Projet pour kit » signifie que j’ai le modèle mais que je dois acheter le tissu et les fils.
Dans l’équivalent de la broderie, c’est comme avoir les instructions dans le magazine Inspirations mais vous devez acheter le kit ou trouver les matériaux vous-même. L’approvisionnement en matériaux peut prendre beaucoup de temps, mais cela vaut parfois la peine de le faire, car vous pouvez économiser de l’argent. Il vous permet également d’apporter des modifications à la conception si vous le souhaitez et de ne pas être coincé avec des matériaux que vous n’utiliserez pas.

Vous parlez français n’est-ce pas? Faites-vous des modèles français? Pouvez-vous dire s’il y a une différence avec les modèles anglo-saxons?
Oui, je parle français. Vivant au Canada, j’ai appris la langue à l’école et je l’utilise tous les jours pour le travail. J’ai brodé quelques pièces de la créatrice française Hélène LeBerre. Elle a une belle palette de couleurs et ses créations sont très légères et délicates.
En étudiant le travail des brodeurs français, j’ai remarqué qu’ils ne se limitent pas à des matériaux de broderie spécifiques, comme DMC, Anchor… Ils choisiront des fils en fonction des couleurs ou des textures et de ce qu’ils veulent que leur design véhicule. C’est très artistique mais je pense que cela rendrait difficile la production de kits. Et en fait, les kits ne sont pas très courants et s’il y en a, c’est en un tirage limité.

2020 – Modèle de Bénédicte Reveilhac, Lettre D, en collaboration avec French Needle © Dima Santina

Pour les instructions, et ce n’est pas seulement pour les créations françaises mais européennes en général, j’ai remarqué qu’elles ne sont pas très détaillées. Ils ne sont pas pas-à-pas comme en Amérique du Nord, ils s’attendent à ce que le brodeur ait une compréhension de base de la broderie. Ils ne vous tiennent pas la main, mais vous donnent la liberté de faire vos propres choix, que ce soit le point utilisé ou les fils.
J’avoue que la première fois que j’ai regardé un ensemble d’instructions dans le magazine Giuliana Ricama, cela m’a fait peur. Ce n’était pas le langage qui m’inquiétait, mais le fait que pour la première fois, j’avais besoin de prendre des décisions créatives, sur les points et les couleurs que je voulais utiliser pour cette pièce. J’ai trouvé que cette liberté me permettait de créer une pièce qui s’intégrait mieux chez moi.

Donc, vous aimez apprendre de nouvelles techniques. Dites-nous en plus sur cet aspect…
J’apprécie toute technique de points comptés, car mon cerveau est simplement programmé de cette façon. Mon premier amour est la Broderie Blanche, suivi de près par la Broderie Japonaise et la Broderie de Perles. Vous n’avez pas à vous soucier des couleurs dans le blanc, j’adore la complexité de la broderie japonaise et du travail de la soie, et qui n’aime pas un peu d’éclat ici ou là!
J’ai été surprise de voir à quel point j’ai fini par aimer la Broderie d’or. J’ai toujours prévu de l’apprendre un jour, puis Alison Cole a mis en vente un beau papillon blanc et or que je ne pouvais pas laisser passer. Depuis, j’ai brodé plusieurs pièces et je ne peux plus m’arrêter.
En ce moment, je suis très intéressée par les techniques traditionnelles coréennes. J’aimerais un jour apprendre à broder avec un crochet de Lunéville. J’aimerais aussi maîtriser la peinture à l’aiguille. C’est une technique que j’ai toujours admirée mais avec laquelle j’ai vraiment du mal, car elle est très aléatoire.
La broderie sur canevas n’est pas une de mes préférées. C’est une technique très populaire en Amérique du Nord et il y a de nombreux designers incroyables. Mais je n’aime tout simplement pas broder sur cette toile très rigide et rugueuse. Jusqu’à présent, j’ai brodé trois motifs. Je n’ai pas l’intention d’en faire plus à l’avenir, mais je garde toujours la porte ouverte pour cette pièce qui me tentera.

2017 – Modèle d’Alison Cole, Papillon de perle, Broderie d’or © Dima Santina
2020 – Modèle d’Hélène LeBerre, Kalinka, en collaboration avec French Needle © Dima Santina

Quelle est votre collaboration avec French Needle?
J’ai rencontré Lisa Dugua, la propriétaire de French Needle, lors de leur tout premier voyage à Paris en 2016. Ce fut un voyage incroyable et si vous cherchez un voyage organisé sur le thème de la broderie, je recommande vivement ce tour. Nous sommes restées en contact depuis. Sa boutique vend du matériel et des kits de broderie, ainsi que des articles fabriqués à la main en France et dans d’autres régions d’Europe. Ils ont également commencé à inclure des articles en provenance du Japon. J’ai toujours été attirée par les pièces qu’elle vendait dans sa boutique car mes goûts ont toujours été plus proches des styles européens. Alors, quand elle m’a approché pour faire des collaborations, j’étais ouverte à cela.
Lisa m’envoie un kit ou un dessin, c’est généralement une surprise, puis je peux partager mon expérience de brodeuse sur Instagram, tout en faisant la promotion du créateur auprès d’un nouveau public. Comme je l’ai mentionné, les instructions européennes ne sont pas très détaillées. Cela m’a vraiment donné l’occasion de grandir et de sortir de ma zone de confort pour jouer essentiellement avec le design et voir ce qui se passe. Jusqu’ici ça a été fantastique, j’aime vraiment travailler sur les différentes pièces que Lisa m’envoie.

Qu’est-ce qu’un TUSAL (mot aperçu sur son blog)?
Vous connaissez probablement déjà SAL, Stitch-Along. TUSAL signifie Totally Useless Stitch-Along (Stitch Along complètement inutile!). C’était quelque chose qu’un autre blogueur avait inventé, où à chaque pleine lune, les brodeurs partageaient une photo de leur pot de ORT (odd random threads ou Curieux mélange de fils – restes de fils issus d’un travail de broderie). Le blogueur a évolué depuis, mais j’aime toujours le faire. Cela me permet de réfléchir à ce que j’ai fait au cours du mois en regardant simplement ce qu’il y a dans le pot. J’ai des pots de fils qui remontent à 2011 et ils se remplissent chaque année. Je veux faire quelque chose avec eux un jour, peut-être un ornement pour représenter l’année, mais je n’ai rien fait jusqu’à présent.

En cours – Modèle duJEC, Hiogi, Phase 2 Broderie japonaise, © Dima Santina

Des livres, des professeurs, des modèles, des comptes IG ou Pinterest (etc.) que vous pourriez recommander?
C’est comme me demander mon enfant préféré! Je ne sais pas si vous avez remarqué par le nombre de livres que j’ai partagés sur Instagram, j’ai une assez grande bibliothèque qui ne cesse de croître. Même avant de commencer ce passe-temps, j’adorais acheter des livres. Il faudrait plusieurs articles de blog pour tous les partager. Pour en énumérer quelques-uns, passons par les techniques:

Broderie d’or – Les livres de Mary Brown ou Hazel Everett sont excellents. Vous pouvez les compléter avec le Masterclass Goldwork d’Alison Cole et son Little Book of Hints and Tips (Petit livre de Conseils et astuces).
Broderie de perles : The Art of Bead Embroidery de Margaret Lee ou Yukiko Ogura, Bead Embroidery ou Les broderies de perles (elle a un deuxième livre en français, La broderie perlée, qui est plus un livre de projets. Beaux dessins mais attention lors de l’achat des perles, les chiffres ne sont pas tous exacts). Elles prennent toutes les deux des points de broderie et transfèrent les techniques au fil pour inclure des perles. Margaret Lee utilise la broderie japonaise traditionnelle et Yukiko Ogura utilise ce qu’ils appellent au Japon la « broderie française », qui est essentiellement une broderie de surface.
Broderie Blanche : C’est une de mes techniques préférées, j’ai beaucoup de livres sur le sujet, mais en voici quelques-uns que je recommande si vous débutez: les livres de Janice Love Hardanger Basics and Beyond et Fundamentals made Fancy. Entre ces deux livres, vous n’en aurez pas besoin d’un autre sur l’Hardanger.
Le livre de Hisako Nishisu Drawn Thread Embroidery qui existe en Français sous le titre Les jours à fils tirés. C’est l’un de mes préférés car j’ai appris la broderie au fil tiré à partir de ce livre lorsque je débutais et je l’utilise toujours comme référence aujourd’hui. J’adore les livres du Japon et de la Corée. Il y a beaucoup d’images étape par étape incluses. Je pense que cela vient de leurs méthodes d’enseignement : les élèves apprennent en regardant leurs enseignants plutôt qu’en écoutant les instructions. Jenny Adin-Christie a un excellent livret intitulé Fundamentals of Whitework techniques. Il couvre la broderie blanche anglaise qui n’est pas une technique à points comptés.
Tous les livres d’Yvette Stanton. Elle en a quelques-uns couvrant le Hardanger, La Broderie sarde à points noués, La Broderie blanche portugaise, pour n’en citer que quelques-uns. Ils sont très complets et détaillés, avec des projets pour mettre en pratique ce que vous apprenez.
Broderie noire : Blackwork embroidery, par Jen Goodwin
Broderie japonaise: Techniques of Japanese Embroidery par Shuji Tamura pour ceux qui veulent apprendre la broderie traditionnelle japonaise sur soie telle qu’elle est enseignée par le JEC.

Et aussi: Color Confidence de Trish Burr et Color Confident Stitching de Karen Barbe.
Un abonnement aux magazines Inspirations ou Giuliana Ricama est aussi une excellente source pour découvrir de nouveaux artistes et apprendre de nouvelles techniques.

2021 – Modèle de Jen Goodwin, Roue de couleurs, broderie noire © Dima Santina
2019 – Modèle du JEC, Phase 1, Bouquet du coeur du Japon, broderie japonaise © Dima Santina

Broderie d’or
Becky Hogg – Si vous souhaitez apprendre la broderie d’or, les kits de Becky sont parfaits. Ses dessins sont très jolis et faciles à broder. Les instructions bien détaillées avec des croquis à la main qui permettent aux débutants de se lancer sans stress, avec une petite aide de YouTube.
Sarah Homfray – Sarah a aussi un kit de broderie d’or pour débutants (dont un kit avec les outils pour commencer). Pour accompagner son kit, elle a fait des vidéos que des débutants peuvent suivre.
Alison Cole – Pour des brodeurs plus avancés, Alison offre de magnifiques kit et enseigne aussi en ligne. Ma première pièce en broderie d’or, Papillon de Perles était une classe en ligne justement. Cette classe  sera à nouveau ouverte en Avril 2021 si vous souhaitez vous y inscrire. Elle vend aussi du matériel de broderie d’or dans sa boutique.
Golden Hinde – Pour les brodeurs avancés qui dessinez vos propres motifs, vous trouverez plein de matériel chez Sarah Rakestraw : grande collection de fils de toutes les couleurs et de toutes les tailles.
Berlin Embroidery – Tanja Berlin est – entre autres choses – l’adresse idéale pour le matériel de broderie d’or au Canada.

Peinture à l’aiguille
Trish Burr – J’ai parlé de son livre sur les couleurs ci-dessus, mais elle a aussi une série de livres sur la Peinture à l’aiguille. Ainsi que des vidéos. Elle donne aussi des course en ligne.
Tanja Berlin – En plus de sa boutique, Tanja offre des cours en ligne depuis des années. Ses classes de peinture à l’aiguille sont très courues et conviennent à tous les niveaux.

Broderie Noire
Jen Goodwin – Jen offre des kits couvrant plein de techniques différentes, mais ceux qui souhaitent essayer la broderie noire, sa roue des couleurs est ravissante.

Broderie Japonaise
Japanese Embroidery Center / Centre de broderie japonaise (Atlanta, USA)
Si la broderie japonaise vous attire, ce centre est idéal. Cliquez ici pour trouver le professeur certifié près de chez vous. Pour la phase 1, il faut y aller en présentiel, mais les profs commencent à donner des cours en ligne pour la phase 2 et les suivantes.

Broderie de perles
@merrilynwhittledesigns – Merrilyn a de très chouettes kits pour débutants. Mon premier essai en broderie de perles japonaise était avec un de ses dessins, paru dans Inspirations magazine. Il s’appelait Hana.
Margaret Lee – Si vous aimez la broderie de perles japonaise, Margaret a des modèles vraiment magnifiques. Inspirations magazine a peut-être encore quelques kits de son dernier dessin, Sen’nohana. Elle a aussi quelques kits dans sa boutique en ligne. Elle vend aussi des kits et du matériel pour la broderie chinoise sur soie.
Quelques instagramers que je suis : @yukari_iwashita, @irenagasha, @brodeuse_etsuko, @alinablasquez

Broderie blanche
C’est une technique que j’ai surtout apprise dans les livres, mais j’ai aussi pris quelques cours avec des professeurs canadiens : Barbara Kershaw (Punto antico, Schwalm), Jette Roy Finlay-Heath (Hedebo), Kathryn Drummond (Punto antico, Casalguidi)

Broderie
Jenny Adin-Christie – Si vous voulez vraiment vous faire plaisir, investissez dans les superbes kits de Jenny et dans ses outils. Ce sont des pièces vintages, plusieurs sont inspirées de pièces conservées dans les musées.
Thistle Threads – Pour les brodeurs avertis qui veulent vraiment s’investir, Tricia Nguyen offre des cours en lignes de niveau universitaire. Ses cours sont spécialisés dans l’histoire de la broderie, de celles qu’on trouve dans les musées. Elle travaille aussi avec des fabricants pour recréer le matériel utilisé au 17ème siècle, afin que ses étudiants aient une expérience authentique.

Si vous aimez écouter des podcasts, voici deux adresses : Fibertalk et Stitchery Stories

Enfin, n’oublions pas les écoles: la Royal School of Needlework, la Guilde Américaine EGA , la Guilde canadienne EAC, et la Guilde anglaise Embroiderers Guild

Le contenu de ce site est accessible gratuitement et n’est pas modifié par de la publicité. Ce travail prend du temps et pour être sûre de pouvoir continuer à faire connaitre nos artistes et l’art de la broderie, j’ai besoin d’un peu d’aide. Si une fois à l’occasion vous pouvez faire un petit don, je vous en serai très reconnaissante ! Merci! Claire

Partager